Sous-traitance : Une offre en évolution

Le 01 novembre 2015 par Aurélie Dureuil
* Mots clés :  ,

De la recherche clinique à la production, en passant par les services analytiques, l'industrie fait appel à la sous-traitance. De nombreux métiers évoluent afin de répondre à cette demande croissante d'externalisation.

« Dans l'industrie pharmaceutique, tout peut se sous-traiter », constate Géraud Papon, dirigeant et fondateur de SH-Consulting. Un constat fait également par Frédéric Thomas, consultant : « Il y a eu une reconfiguraton de la chaîne de valeur. Les laboratoires ayant abandonné certains pans de l'activité, cela laisse la place à d'autres ». Si cette tendance a été amorcée, il y a déjà quelques années, elle s'est amplifiée. Les acteurs de la sous-traitance faisant ainsi évoluer leur offre. Le dirigeant du cabinet spécialisé pour les achats et l'assurance qualité fournisseurs, Géraud Papon signale ainsi le changement de nom du chapitre 7 des Bonnes pratiques de fabrication, preuve de la prise d'importance de la sous-traitance : « Dans le cadre de la fabrication, nous sommes passés du chapitre nommé : Fabrication et analyse en sous-traitance à Activités externalisées, qui englobe beaucoup plus d'éléments ». Pour répondre à cette externalisation de différents métiers par les laboratoires, des sociétés se sont créées. On parle ainsi de CRO (contract research organisation) pour les services de recherche clinique et de CMO (contract manufacturing organisation) pour la fabrication. Entre les deux, interviennent aussi les sociétés de sous-traitance analytique. Si ces sociétés existent depuis de nombreuses années, elles font évoluer leur offre afin de répondre aux demandes des laboratoires.

 

Deux tiers de la recherche clinique externalisée en France

 

En matière de recherche clinique, les laboratoires font appel aux CRO à différents niveaux pour mettre en place et piloter leurs essais cliniques de phases I, II et III. « Aujourd'hui, environ 60 % de la recherche clinique est sous-traitée », estime Denis Comet, président de l'Association française des CRO (AFCROs). L'organisation qui compte 60 adhérents revendique environ 5 000 emplois en France et une représentation des deux tiers de la recherche clinique externalisée en France (voir encadré). « Dans l'industrie pharmaceutique, la sous-traitance existe depuis longtemps, mais récemment on a pu noter le développement de partenariats d'envergure en recherche clinique », souligne Laurence Boisson-Burg, responsable des opérations cliniques de Roche Pharma France. « Les laboratoires ont réduit leurs effectifs et les ont externalisés, parce que les phases cliniques sont devenues tellement spécifiques qu'elles requièrent des gens très spécialisés. Il y a un intérêt à spécialiser des équipes sur des pathologies, etc. », indique Frédéric Thomas. Il ajoute : « ce phénomène a été rendu possible car les laboratoires travaillent avec des acteurs de tailles significatives capables de proposer des offres structurées. En effet, sur les phases III à dimension mondiale, il est difficile d'être un petit acteur tandis que, sur des phases I et IIa, il est possible d'être un acteur de plus petite taille. Il n'y a pas un modèle unique ». Du côté des acteurs de la pharmacie, chacun met en place sa stratégie. Le laboratoire suisse Roche a, par exemple, conclu un accord cadre avec la CRO Quintiles au niveau mondial. « En France, ce partenariat concerne les activités de monitoring réalisées par les attachés de recherche clinique, ainsi que la gestion administrative des études cliniques effectuée par les gestionnaires d'essais cliniques. Chez Roche Pharma France, l'équipe de recherche clinique est aujourd'hui composée de 86 collaborateurs, dont une trentaine de chefs de projet. Roche a en effet souhaité renforcer la gestion en interne de ses 90 études actives, dans les domaines de l'oncologie mais aussi des neurosciences, l'immunologie, les maladies infectieuses ou encore l'ophtalmologie. Nous avons ainsi créé un département dédié à l'initiation des études, phase clé dans le déroulement des essais », témoigne Laurence Boisson- Burg. Afin « de garantir le haut niveau de qualité de la collaboration », Roche a également créé en interne deux postes de gestionnaires de la prestation. « Leur mission principale est de veiller à la bonne adéquation des moyens mis en oeuvre par Quintiles en réponse aux besoins de Roche », détaille Laurence Boisson-Burg.

Du côté de la société de biotechnologie Onxeo, le recours à la sous-traitance est également présent, avec les spécificités d'une PME. « Onxeo compte une soixantaine de collaborateurs. Et nous avons trois médicaments que nous développons en phase clinique. Nous sommes une société de petite taille et il y a un certain nombre de choses qu'on ne peut faire uniquement en interne », souligne Judith Greciet, directrice générale d'Onxeo. Ainsi, si la société réalise en interne des travaux de recherche préclinique, de mise au point des formulations et de développement clinique, elle fait également appel à la sous-traitance pour ces sujets. « À titre d'exemple, nous avons une étude clinique qui se déroule dans onze pays, nous faisons appel à une CRO internationale pour la mise en place et le suivi dans ces différents pays. Il y a des CRO qui sont habituées à travailler avec des laboratoires comme nous. La complexité est surtout de trouver des CRO ou prestataires avec l'expertise dans le domaine que l'on recherche », constate la dirigeante. La société affiche un pipeline de trois produits en développement et trois commercialisés en Europe et/ou aux États-Unis. Quels que soient les aspects sous-traités, la société entend garder la main. « Un des principes fondamentaux est d'être très présent avec nos sous-traitants. Nous essayons autant que possible d'avoir les expertises que nous estimons critiques en interne. En effet, pour bien driver une CRO aussi professionnelle qu'elle soit, il faut savoir exactement ce qu'on lui demande », rappelle Judith Greciet. Car outre les CRO qui interviennent sur les essais cliniques, des sociétés de sous-traitance interviennent aussi au niveau de la recherche et développement pour des services d'analyses, de pharmacologie, de développement de mises en forme galénique, de réalisation d'études de stabilité, etc. (voir encadré).

 

Un passage de CMO à CDMO

 

Une fois les études cliniques réalisées, le produit formulé et autorisé, vient l'étape de production. Et là aussi, les laboratoires ont poursuivi une dynamique d'externalisation. C'est sur ce marché que se sont développés les CMO ou façonniers. « En France, ils ont racheté des sites de big pharma, parce qu'il y avait beaucoup de sites. Dans d'autres pays, la croissance des CMO se fait par rachat de sociétés concurrentes », observe Frédéric Thomas. Une structuration du secteur afin de répondre à la demande des industriels de la pharmacie. « Les laboratoires pharmaceutiques, plus ils sont gros, plus ils veulent des acteurs crédibles avec une palette large de productions et une sécurisation avec un façonnier disposant d'un site back-up », analyse Frédéric Thomas. Si l'offre de services en matière de production s'est développée avec la croissance des sites de laboratoires pharmaceutiques passés aux mains des façonniers, aujourd'hui, les acteurs de la sous-traitance musclent leur offre. On assiste ainsi à un passage de CMO à CDMO, le D apportant la dimension de développement. « Beaucoup de façonniers vont eux-mêmes développer des produits génériques pour proposer des licences », note Géraud Papon. Certains proposent ainsi d'intervenir sur la partie réglementaire et marketing tandis que d'autres ont ajouté des services de développement de produit (voir encadré). L'idée étant de pouvoir proposer des solutions globales à des laboratoires pharmaceutiques. « La chaîne de valeur va de l'étude de marché au marketing du produit en passant par les développements galéniques et de stabilité, la constitution du dossier d'AMM, les achats, la production et le réglementaire. Les façonniers ont compris qu'ils avaient un intérêt à s'étendre sur cette chaîne de valeur. Cependant, il sera difficile de faire la totalité, au risque de recréer des laboratoires », ajoute Frédéric Thomas. Il rappelle ainsi les velléités d'AstraZeneca en 2007 d'externaliser totalement sa production. « Finalement, le laboratoire a fait marche arrière. Aujourd'hui, il fait partie de ceux qui ont le moins externalisé leur production », note le consultant Frédéric Thomas. Ainsi, de la recherche clinique à la production, l'industrie pharmaceutique poursuit sa démarche d'externalisation imposant aux acteurs de cette sous-traitance à évoluer pour répondre à cette demande.

3 questions à Philippe Genne président de l'Association française des sociétés de services et d'innovation (Afssi)« Travailler avec les donneurs d'ordre afin d'identifier leurs besoins en sous-traitance »

Industrie Pharma : À quel niveau intervenez-vous pour l'industrie pharmaceutique ? Philippe Genne : L'industrie pharmaceutique est dans une démarche d'externalisation de la recherche. Les 120 membres de l'Afssi couvrent les services allant de l'informatique à la chimie en passant par la pharmacovigilance, la formulation des médicaments... Nous avons des adhérents dans le criblage, la formulation, l'informatique, le drug-discovery, etc. Le panel est très grand. Nos clients sont les grands groupes qui font appel à nous pour les projets importants, pour des programmes de recherche. Mais aussi de grosses sociétés de biotechnologies pour lesquelles nous pouvons être des partenaires pour l'évaluation préclinique et clinique. Pouvez-vous détailler l'accord signé entre l'Afssi et le LFB ? P.G. : Nous avons développé une démarche de travail avec les donneurs d'ordre afin d'identifier leurs besoins en sous-traitance. Aujourd'hui, les discussions se font de moins en moins avec les scientifiques qui ont besoin de nos services mais avec les acheteurs des sociétés. Nous devons être capables de nous présenter en suivant les critères des acheteurs. Dans l'accord cadre avec le LFB, nous réfléchissons aux critères prioritaires du LFB. Nos membres pourront bénéficier ainsi de ces instructions pour présenter leur offre de services. Nous avons également rencontré d'autres laboratoires comme Sanofi, les Laboratoires Pierre Fabre, Servier... Vous parlez de la nécessité de « chasser en meute ». Comment cela se traduit-il ? P.G. : La taille est extrêmement critique pour acquérir la capacité à innover. L'idée est de mettre en place des consortiums pour répondre à des appels d'offres et amener un maximum d'innovation aux différentes étapes des projets. Nous avons également une approche dans le cadre d'un projet autour du redéploiement d'un centre de criblage de Sanofi à Strasbourg.

PROPOS RECUEILLIS PAR AURÉLIE DUREUIL

LE FAÇONNAGE COMPLÈTE SON OFFRE

Ne plus seulement produire pour le compte des laboratoires, mais être force de proposition et d'innovation. Certains façonniers français ont choisi de muscler leur offre face à la concurrence internationale et la demande des laboratoires de réduire le nombre de leurs interlocuteurs. « Sur le marché du façonnage, il y a beaucoup d'acteurs, beaucoup d'usines disponibles pour produire. Pour être différenciant, il faut apporter plus de valeur ajoutée, être un partenaire plus qu'un prestataire », analyse Xavier Monjanel, directeur général des laboratoires Chemineau. La société a ainsi ajouté le D à sa dénomination de CMO. « Nous investissons beaucoup en R&D depuis quelques années et sommes maintenant en mesure de proposer à nos clients des produits innovants dans nos domaines de savoir-faire », précise le dirigeant. Cette stratégie a également été adoptée par Synerlab. « Dans l'analyse que l'on fait du marché, nous sommes convaincus qu'il est important d'avoir en plus de la fabrication pure, la capacité d'accompagner nos clients plus largement », souligne Pierre Banzet, président de Synerlab. Fin 2012, le façonnier a acquis le site d'IDD-Tech à Orléans (Loiret). Rebaptisé Synerlab Développement, il est consacré au développement galénique et analytique à façon et à la production des petits lots, notamment pour les études cliniques. « C'est aussi un moyen de remplir nos usines. L'intérêt de nos clients est d'avoir un interlocuteur unique. Et pour nous, l'idée est de faire le développement sur notre site d'Orléans puis de transférer la production sur nos sites », détaille-t-il. Les façonniers ajoutent ainsi de nouveaux services afin de capter des volumes de production pour leurs usines.

RECHERCHE CLINIQUEDENIS COMET, président de l'association française des CRO (AFCROs) « S'ouvrir à l'international et être capable d'accueillir les nouveaux acteurs de la e-santé »

« Les CRO sont des sociétés de services en recherche clinique. C'est un métier qui était fait par les industriels de la pharmacie, il y a une quarantaine d'années. Puis, ils ont décidé d'externaliser ces prestations qui peuvent aller de la rédaction du protocole de recherche clinique aux relations avec les experts du comité de pilotage en France et à l'international en passant par les étapes de recrutement des centres et des patients, de logistique des produits d'essais cliniques puis d'analyse scientifique des données et de validation et de soumissions réglementaires. L'AFCROs recense 60 adhérents qui interviennent pour les essais cliniques de phases I, II, III, et IV et les études non interventionnelles post-AMM. Nos clients sont des laboratoires pharmaceutiques, des fabricants de dispositifs médicaux, des académiques et bientôt les structures de recherche des associations de patients. Nous ne sommes pas encore arrivés à maturité du marché. Aujourd'hui, les attentes des laboratoires tournent autour de l'attractivité de la France avec la question des délais, de l'accès au patient... Ils ont besoin que le contrat unique mis en place en France marche mieux et qu'on aille vers la dématérialisation du traitement des autorisations et avis, c'est-à-dire avoir un site avec la dernière version du protocole et auquel toutes les parties prenantes auraient un accès pour éviter les lenteurs des dossiers qui passent d'institution en institution. Un autre défi concerne l'internationalisation des essais cliniques. Pour les études post-AMM, la culture nationale est assez forte, il faut connaître l'environnement réglementaire, le parcours de soin, etc. Mais pour les études de phases II et III, le processus est le même dans le monde entier. Nous devons établir des collaborations avec des CRO dans d'autres pays afin de ne proposer qu'un seul interlocuteur aux laboratoires. Surtout que le futur règlement européen a pour objectif d'augmenter l'activité de recherche clinique en Europe avec une seule autorisation qui serait délivrée pour tous les pays. Nous devons être capables de nous internationaliser mais aussi d'intégrer de nouveaux acteurs de la e-santé. Par exemple en étant présents sur les réseaux sociaux pour recruter de nouveaux patients, en intégrant le développement du big/open data et des objets connectés ».


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Pharma
A la une sur Pharma

Effectuer une recherche

Article extrait d'Industrie Pharma Magazine

Le 1er magazine de la chimie fine et du process pharmaceutique

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS