Rosenmund optimise la récupération du produit

Le 01 juillet 2010 par Aurélie Dureuil
LE SYSTÈME GAS KNIFE PERMET D'OPTIMISER LA VIDANGE DES ÉQUIPEMENTS.
LE SYSTÈME GAS KNIFE PERMET D'OPTIMISER LA VIDANGE DES ÉQUIPEMENTS.
©© De Dietrich Process Systems

La filiale de De Dietrich ajoute des fonctionnalités à son filtre sécheur RoLab et à son système de vidange Gas Knife. Des évolutions pour répondre aux demandes de systèmes compacts et intégrés.

Pour répondre à la demande croissante de petits appareils pour les étapes de développements pilotes, De Dietrich Process Systems, anciennement Rosenmund VTA, a lancé en 2005 le filtre-sécheur RoLab. Aujourd'hui, la filiale de De Dietrich propose également un skid RoLab pour gérer les utilités. « Nous nous sommes aperçu qu'un nombre important de petits laboratoires ne disposait pas des outils périphériques mobiles pour utiliser cet appareil de façon optimale », constate Christophe Cordary, directeur des ventes et du marketing chez De Dietrich Process Systems. Pour son fonctionnement, RoLab nécessite en effet un dispositif de chauffe, un autre de vide et enfin un dernier pour condenser les vapeurs. Le nouveau skid de De Dietrich Process Systems intègre toutes ces fonctionnalités. « Comme les industriels ne peuvent pas faire l'impasse sur ces utilités dans le cadre du séchage, il était important que le système reste compact », ajoute le directeur des ventes et du marketing. Un skid RoLab de surface de filtration de 0,03 m2 mesure par exemple 2,5 mètres de long pour 2 mètres de haut. Par ailleurs, le fonctionnement de ces différents périphériques est géré par un système de contrôle dédié. De plus, pour son skid, le groupe suisse met en avant la complémentarité de ses différentes unités. En effet, les éléments en verre du groupe de condensation proviennent du centre de compétence QVF. Un système de régulation optimisant le temps de batch ainsi que le bilan énergétique fait également partie intégrante du skid RoLab.

L'équipement RoLab est dédié aux installations pilotes. Son développement répond « à une demande croissante des laboratoires pharmaceutiques pour de petits appareils avec beaucoup d'autonomie. Les utilisateurs veulent pouvoir changer de produit très souvent, ouvrir l'appareil, le déplacer aisément, etc., détaille Christophe Cordary. Il faut un filtre-sécheur avec toutes les fonctions d'un appareil industriel, permettant d'effectuer un scale-up professionnel, sans les lourdeurs de l'équipement industriel ». RoLab effectue le procédé de filtration-séchage en cinq étapes. Tout d'abord, un inertage a lieu. Ensuite, le remplissage de la suspension se fait avant la filtration sous pression. Enfin, le gâteau est lissé. « A la formation du gâteau, il reste environ 60 % d'humidité. Nous effectuons un soufflage à l'azote et un séchage par conduction en tirant sous vide pour atteindre une humidité résiduelle inférieure à 1 %, selon les besoins et les caractéristiques du produit », note le directeur des ventes et du marketing. Généralement, le tamis filtrant permet d'arrêter les cristaux supérieurs à 20 microns. Ce tamis permet de former les premiers millimètres de gâteau qui servent de filtre par la suite. « En pharmacie, ce sont souvent des cristaux synthétiques qui sont relativement uniformes. On peut avoir des surprises : les cristaux naturels, dont la taille et la forme ne sont pas toujours homogènes et peuvent varier. RoLab permet cependant d'adapter la nature ainsi que la porosité des médias de filtration », indique Christophe Cordary. Le filtre-sécheur fonctionne pour des températures comprises entre -10 °C et +150 °C et une pression allant de -1 à +6 bar. Construit en inox 316L ou en Hastelloy C22, le RoLab peut être équipé en option de boîte à gants. « Les principes pharmaceutiques sont de plus en plus actifs et leurs tonnages diminuent. De ce fait, depuis 2-3 ans, les laboratoires de mandent des appareils de petite taille plus sophistiqués, avec notamment un haut degré de confinement », constate le directeur des ventes et du marketing.

Pour le nettoyage de ce filtre-sécheur, un système de nettoyage en place est installé. De plus, pour cet équipement mais aussi pour tous les filtres-sécheurs de sa gamme industrielle Rosenmund, De Dietrich Process Systems propose le système Gas Knife en option. « Il s'agit d'un développement conjoint avec un des top 5 de la pharmacie mondiale. Ce système permet d'améliorer la vidange du filtre-sécheur », précise Christophe Cordary. La société est partie du constat que « l'écart devant être respecté entre l'agitateur qui permet la vidange du filtre et le média filtrant est un mal nécessaire ». Il faut respecter une distance de sécurité « mécanique » et ainsi maintenir quelques millimètres d'écart entre le tamis filtrant et l'agitateur, cet espace étant évidemment rempli de produit. « Comment décharger ces quelques millimètres de produits qui peuvent coûter des milliers d'euros ? Et ce, sans ouvrir l'appareil qui peut contenir un produit dangereux », telle est la question que pose Christophe Cordary. « Pour protéger l'opérateur, pour éviter les pertes de produit, nous avons développé le Gas Knife, de petites buses soudées sur une des pales d'agitation et qui soufflent de l'azote ». Dans la cuve, le gaz est soufflé de l'intérieur vers l'extérieur au plus près du produit. La poudre est récupérée par le même orifice que pour le déchargement. L'efficacité du système Gas Knife est cependant dépendante du type de produit, et ses résultats varient selon que celui-ci est lourd et s'agglomère en croûtes ou est très léger et forme un nuage. De ce fait, Ronsenmund propose des installations pilotes équipées de Gas Knife afin de pouvoir tester un produit spécifique avec cette technologie en amont du projet. L'entreprise peut installer sa technologie sur les appareils neufs mais aussi ceux qui sont déjà dans l'industrie et pas seulement les équipements Rosenmund. Si le système est commercialisé depuis 1999, le centre de compétence Rosenmund découvre de nouvelles applications grâce aux retours d'expériences de ses clients. « Récemment, au cours d'inspections chez nos utilisateurs, nous avons vu des avantages que nous n'avions pas envisagés », témoigne Christophe Cordary. Des industriels utilisent les buses pour insuffler du solvant de nettoyage pour améliorer le lavage du gâteau de filtration. D'autres laboratoires utilisent de l'azote préchauffé qu'ils injectent au cœur du produit pendant le séchage pour accélérer cette étape. « Ils diminuent ainsi le temps de séchage et donc le temps de production des batch », constate le directeur des ventes et du marketing. Au-delà de réduire les pertes dues à la vidange du filtre, le système trouve donc des applications pour améliorer le procédé de production.


« Pour protéger l'opérateur, pour éviter les pertes de produit, nous avons développé le Gas Knife. »


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Pharma
A la une sur Pharma

Effectuer une recherche

Article extrait d'Industrie Pharma Magazine

Le 1er magazine de la chimie fine et du process pharmaceutique

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS