L’article que vous souhaitez consulter est réservé
aux abonnés de Industrie Pharma Magazine


Le 01 mars 2018 à 00h 00 par Laura Hendrikx
* Mots clés :  ,

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Extrait : « Faire de la France une terre d'excellence dans ces nouvelles technologies » , tel est l'objectif des entreprises du médicament en matière de bioproduction. Le positionnement de l'Hexagone sur les thérapies biologiques pourrait en effet, aux yeux du Leem, être un levier de revalorisation de la production pharmaceutique du territoire. Une production pharmaceutique qui a particulièrement souffert, ces dernières années : la France est passée de premier producteur européen de médicaments en 2004 au quatrième rang aujourd'hui, et n'a pris que tardivement le virage de la production des premiers anticorps monoclonaux. Selon Patrick Errard, président du Leem, elle ne peut pas se permettre un nouveau retard compétitif sur ses voisins européens. « Une chose est sûre, comme ce fut le cas avec la production d'anticorps monoclonaux, il n'y aura pas de session de rattrapage » , a-t-il déclaré. Il va donc falloir faire vite car, entre 2012 et 2017, sur 98 autorisations de mise sur le marché pour des médicaments biologiques, seulement 7 étaient pour la France. Pour faire bouger les lignes, les entreprises du médicament se sont penchées sur les résultats de l'étude d'AEC Partners, qui recense les sites de production de médicaments biologiques en France. Celle-ci fournit un état des lieux de l'offre et des capacités de bioproduction dans le but de « promouvoir, valoriser et contribuer au développement de l'offre sur le territoire national et faciliter la mise en relation entre donneurs d'ordre et acteurs souhaitant produire pour des tiers » . Une offre concentrée sur les substances biologiques matures Cette étude a recensé 32 sites de bioproduction en France, essentiellement concentrés en région Rhône-Alpes et dans le bassin francilien. La majorité de ces sites sont français : seuls ceux de Merck, Novartis et Octapharma appartiennent à des groupes étrangers. Sur les 32 recensés, 29 sont des sites de production « upstream » (réalisant la synthèse du produit biologique) et 3 sont des sites exclusivement « downstream » (sites impliqués uniquement dans les processus de purification). Ces derniers sont ceux du LFB de Lille (Nord) et de Novasep au Mans (Sarthe) et à Pompey (Meurthe-et-Moselle). Parmi les 29 sites de bioproduction « upstream », 12 produisent en propre, 8 à la fois en propre et pour le compte de tiers et 9 uniquement pour le compte de tiers. Les produits biologiques innovants et encore peu établis commercialement, comme la thérapie cellulaire, la thérapie génique et les vecteurs viraux sont majoritairement fabriqués par les sites...

comment lire l'article complet ?

Vous devez etre abonne a Industrie Pharma Magazine

Saisissez vos codes d'accès :



Abonnement 1 an

7 numéros + accès aux articles en ligne
+ Le spécial usines pharmaceutiques
+ Le guide des Achats de la Chimie, Parachimie et Pharmacie.

Je m’abonne

A la une sur Pharma

Article extrait d'Industrie Pharma Magazine

Le 1er magazine de la chimie fine et du process pharmaceutique

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS