Les odeurs, un allié thérapeutique inattendu

Le 01 mai 2017 par NICOLAS VIUDEZ
* Mots clés :  ,
La tractographie permet de visualiser les fibres nerveuses du cerveau.
La tractographie permet de visualiser les fibres nerveuses du cerveau.
©Thomas Schulltz

Des pistes de recherche se développent pour explorer le rôle potentiel de l'olfaction comme aide au diagnostic et au suivi de troubles psychologiques ou neurologiques.

« Parfois, les patients perdent l'olfaction avant de perdre leurs clés de voiture. La perte de l'olfaction est banalisée et peu remarquée. ». Ce constat est fait par le Docteur Renaud David lors de la session consacrée à la santé du 3e Congrès Olfaction et Perspectives, qui s'est déroulé le 15 mars à Paris. Le médecin, psychiatre au CHU de Nice, explore le rôle de l'olfaction dans la maladie d'Alzheimer, à la fois comme signal d'alerte, lorsqu'il se détériore, mais également comme traitement d'appoint, quand il est stimulé. L'odeur a longtemps été un des premiers outils d'aide au diagnostic. Les médecins attribuaient ainsi des odeurs caractéristiques à des pathologies comme le diabète dont l'haleine du malade devait rappeler la pomme reinette ou dans un registre plus imaginatif, la fièvre typhoïde évoquait une odeur de pain frais. Ce rôle de l'olfaction dans le diagnostic est tombé en désuétude au cours du temps. « L'olfaction n'a pas franchi le seuil du numérique ou des nouvelles technologies comme d'autres sens. Les prothèses visuelles ou auditives sont en place mais pas les prothèses olfactives », constate ainsi le Dr David. Le médecin niçois a développé deux projets autour de l'odorat et de la maladie d'Alzheimer. Dans la première étude, un dispositif a permis de suivre 24 patients âgés, atteints de la maladie, et de mesurer le rôle apaisant des odeurs sur leur comportement. Des caméras ont suivi les mouvements des patients pendant leur sommeil, elles ont été associées à un système capable de détecter les signes d'agitation et d'actionner, si besoin, la pulvérisation de senteurs apaisantes pour le malade comme l'orange douce ou la lavande. Ce protocole a permis de réduire les phases d'agitation nocturnes. Dans une seconde étude, les odeurs interviennent avant le diagnostic pour relaxer le patient au moyen d'un dispositif composé d'un écran géant et d'un collier odorant qui aide à l'immersion dans un environnement relaxant. L'objectif est de minimiser l'effet « blouse blanche » qui peut survenir avant le test diagnostic de la maladie d'Alzheimer, et affecter les résultats du test. Un monde des odeurs qui est également exploré, lorsque la maladie est installée. Désirée Lopis, doctorante en psychologie à l'Université Paris 10, s'intéresse ainsi aux vertus stimulantes des odeurs pour faire émerger des souvenirs chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. « Au cours des dernières années, l'intérêt pour l'olfactif est allé croissant. Les odeurs seraient capables de provoquer des souvenirs plus anciens, plus enfouis, plus vivaces que des « stimuli » visuels et auditifs. C'est ce qu'on appelle le phénomène de la madeleine de Proust », souligne Désirée Lopis. L'étude encore en cours vise à approfondir l'intérêt des odeurs pour stimuler l'émergence de souvenirs chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. « La mémoire à très long terme joue un rôle majeur dans la construction et le maintien de l'identité. Le sentiment de perte d'identité peut majorer les troubles du comportement et accélérer la dépendance », poursuit-elle. Des ateliers de stimulation sensorielle ont été ainsi mis en place pour évaluer l'intérêt des odeurs par rapport à d'autres « stimuli » comme le son et l'image. Les premiers résultats laissent ainsi apparaître une meilleure stimulation de la mémoire autobiographique par les odeurs chez les patients atteints de la maladie Alzheimer par rapport à un groupe témoin et en comparaison avec les images ou les sons.

 

Mieux visualiser l'effet des odeurs sur le cerveau

 

Le Pr Denis Ducreux, chef du département diagnostique en neuro-radiologie de l'hôpital Bicêtre, partage cet intérêt pour l'olfaction comme outil de suivi des traitements. Partant du constat que les patients déprimés ressentent davantage les odeurs désagréables et ne ressentent pas de sentiment de plaisir pour une odeur agréable, le Pr Ducreux a développé une cartographie cérébrale qui permet de visualiser les zones activées dans le cerveau, selon les odeurs senties par le patient. Trois huiles essentielles ont été utilisées pour cette étude : menthe poivrée, santal et lie de vin. « Chacune des odeurs active des zones différentes dans le cerveau. Les odeurs désagréables, comme la lie de vin, vont très vite dans les zones de la conscience, la réaction est immédiate », précise le Professeur Ducreux. En analysant le groupe témoin et le groupe de patients dépressifs, il a ainsi mis en évidence des différences dans les zones activées. Des informations qui permettraient, par exemple, de comparer les résultats d'imagerie avant et après traitement « pour savoir si le patient est guéri d'une dépression », souligne le Pr Ducreux, Une technique qui permettrait aussi d'évaluer l'efficacité des traitements sur d'autres troubles, comme le stress post-traumatique. En première ligne après l'attentat du 14 juillet à Nice, le centre du Dr Renaud David a déjà expérimenté le rôle bénéfique des odeurs dans ce contexte. Face au nombre important d'enfants présentant des troubles de l'anxiété qui ont afflué dans les jours suivant l'attentat, des séances associant images positives et odeurs ont été développées. Avec comme odeur rassurante retenue pour les enfants, celle de la barbapapa.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Pharma
A la une sur Pharma

Effectuer une recherche

Article extrait d'Industrie Pharma Magazine

Le 1er magazine de la chimie fine et du process pharmaceutique

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS