La jeune société Valbiotis lance son introduction en Bourse

Le 22 mai 2017 par H.B.
* Mots clés :  , ,

La jeune société pharmaceutique française Valbiotis, spécialisée dans le développement de solutions nutritionnelles de prévention et d'accompagnement des maladies cardio-métaboliques, a annoncé, le 15 mai, le lancement de son introduction en Bourse sur le marché Alternext de Paris. Valbiotis espère ainsi lever environ 10 million d'euros sur la base du point médian de la fourchette de prix. Valbiotis précise en outre que cette offre peut « être portée à 11,5 M€ en cas d'exercice intégral de la clause d'extension et à 13,2 M€ en cas d'exercice intégral de la clause d'extension et de l'option de surallocation ». La société, fondée en 2014 à La Rochelle, propose pour cela un maximum de 952 381 actions nouvelles, à un prix indicatif compris entre 8,93 € et 12,07 € par action. La période de souscription s'étend jusqu'au 1er juin inclus, le début de la cotation sur Alternext étant prévu pour le 7 juin. Valbiotis est principalement axée sur la prévention et l'accompagnement du diabète de type 2, de la NASH (stéatohépatite non alcoolique ou maladie du foie gras), de l'obésité et des pathologies cardio-vasculaires. À partir d'extraits de plantes, elle développe des « compléments santé » non médicamenteux pour réduire les facteurs de risque d'apparition de ces maladies, mais aussi des « produits de nutrition médicale » pour accompagner les patients qui nécessitent une alimentation spécifique, et notamment les diabétiques. Son produit le plus avancé est le Valedia, un complément pour prévenir l'apparition du diabète de type 2 et dont la mise sur le marché est prévue pour 2020. En trois ans, Valbiotis se targue d'avoir déjà constitué un pipeline de cinq produits (dont trois issus du même principe actif à base de cinq plantes), tous en phase de développement clinique. Et elle bénéficie d'un avantage de taille pour les commercialiser, puisque ces produits, s'ils obtiennent une « allégation propriétaire relative à la réduction d'un facteur de risque de maladie » sollicitée auprès de la FDA et de l'EFSA, ne requerront pas de phase III contrairement aux médicaments.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Pharma
A la une sur Pharma

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS