GSK prudent pour 2017 du fait de la concurrence

Le 13 février 2017 par H.B.

Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé un chiffre d'affaires de 27,9 milliards de livres (32,7 Mrds €), en hausse de 17 %, pour son exercice 2016. Son bénéfice net en revanche a connu une chute drastique, passant de 8,4 Mrds £ en 2015 à 912 M £ en 2016. Le profit opérationnel du groupe est quant à lui de 2,6 Mrds £, en recul de 75 %. Cette dégringolade de la rentabilité est en grande partie le fruit d'une année 2015 exceptionnelle avec la finalisation des cessions des vaccins et de l'oncologie du groupe au Suisse Novartis (CPH n°709).

Dans le détail, le chiffre d'affaires de GSK a été boosté par les ventes de sa division pharma à 16,1 Mrds £ (+3 %), par sa division vaccins à 4,6 Mrds £ (+14 %) et par sa division santé grand public, qui affiche une croissance de 9 % à 7,2 Mrds £. Les ventes de nouveaux produits ont particulièrement performé en 2016 à 4,5 Mrds £, notamment les traitements contre le VIH (avec Triumeq à 1,7 Mrds £ et Trivicay à 953 M£), les traitements de maladies respiratoires (620 M£ pour revar/Breo Ellipta notamment), et les vaccins contre des méningites (Bexsero à 390M £ et Menveo à 202 M£).

Des résultats 2017 qui dépendront de l'arrivée d'un générique

« GSK a réalisé de solides performances en 2016 avec une bonne croissance des ventes dans nos trois activités, d'excellentes tendances pour nos nouveaux produits, un contrôle des coûts discipliné et des progrès dans le développement de notre pipeline », s'est félicité Andrew Witty, son p-dg. Ce dernier est cependant resté prudent concernant l'année qui commence. « À l'évidence, nous faisons face cette année à des incertitudes quant au niveau de nos performances, compte tenu de la possibilité d'une concurrence générique qui se substituerait à Advair (l'asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique, ndlr) aux États-Unis, et cela se reflète dans les directives que nous avons publiées aujourd'hui. » Andrew Witty a cependant assuré que cet événement inévitable avait été anticipé mais qu'il aura forcément un impact financier que GSK devra absorber. Le groupe compte pour cela sur le développement de nouveaux médicaments pour enrichir son portefeuille. GSK a par ailleurs indiqué qu'il devrait profiter de la baisse de la livre en 2017 suite au Brexit, car cela dope ses résultats aux États-Unis une fois les montants en dollars convertis en livre sterling.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Pharma
A la une sur Pharma

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS