Branle-bas de combat chez les génériqueurs

Le 01 mai 2015 par La rédaction
* Mots clés : 

La fin du mois d'avril a été riche en OPA hostiles au pays des génériqueurs. C'est l'Américain Mylan qui s'est trouvé au coeur des opérations. S'il a d'abord vu son offre publique d'achat du 8 avril sur Perrigo rejetée, il a fait de son côté l'objet d'une annonce de la part de l'Israélien Teva. Le 21 avril, le leader mondial s'est ainsi lancé dans une opération non sollicitée de 40 milliards de dollars. Un rapprochement visant à créer « une entreprise leader industriel bien positionnée pour transformer le secteur des génériques », selon Teva. Le groupe israélien estime ainsi que la combinaison des deux entreprises « bénéficiera de positions de leader dans les domaines thérapeutiques des scléroses multiples, du respiratoire, de la douleur, de la migraine, des désordres du mouvement et de l'allergie, avec une infrastructure mondiale renforcée pour poursuivre les commercialisations actuelles et futures ». Teva prévoit également que l'entreprise créée affiche des revenus supérieurs à 30 Mrds $ en 2016, pour un Ebitda de plus de 10 Mrds $, et en 2018 des revenus d'environ 33 Mrds $ avec un Ebitda de 13 Mrds $. Le laboratoire se montre par ailleurs prêt à « engager promptement les désinvestissements » nécessaires à l'approbation des autorités.

Si le laboratoire affiche ainsi sa volonté de mettre la main sur son concurrent américain, Mylan ne semble pas disposé à se laisser faire. Quelques jours avant l'officialisation de Teva et alors que des rumeurs annonçaient l'opération, Robert Coury, président exécutif de Mylan, avait repoussé cette idée le 17 avril : « nous avons étudié la potentielle combinaison de Mylan et Teva par le passé, et nous pensons qu'un tel rapprochement n'aurait pas de logique industrielle ni d' adéquation culturelle ». Et signe que l'Américain compte résister aux assauts de Teva, il a annoncé le 24 avril l'ouverture formelle de son offre d'achat sur Perrigo. Une offre d'un montant total de 28,9 Mrds $, en actions et en numéraire. Teva et Mylan affichent ainsi leurs volontés de redessiner le marché des génériques. Reste à suivre les futurs rebondissements boursiers.

 

Teva et Mylan affichent leurs volontés de redessiner le marché des génériques.

 


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Pharma
A la une sur Pharma

Effectuer une recherche

Article extrait d'Industrie Pharma Magazine

Le 1er magazine de la chimie fine et du process pharmaceutique

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS