Boehringer Ingelheim collabore avec Autifony et Evox

Le 22 décembre 2017 par L.H.

Lundi 18 décembre, le géant allemand et Autifony ont annoncé la signature d'un accord de collaboration. La société anglaise est spécialisée dans le développement de traitements pour les troubles du système nerveux central et de l'audition grâce au ciblage de canaux ioniques spécifiques qui régulent l'activité neuronale. L'accord récemment signé porte sur certains éléments de la plateforme développée par Autifony, qui modulent les canaux potassiques voltage-dépendants. Boehringer Ingelheim détient désormais une option exclusive pour acquérir les composés développés par Autifony qui augmentent les activités respectives des canaux ioniques Kv3.1/3.2. L'accord inclut également le composé leader d'Autifony, AUT00206, une nouvelle petite molécule qui module l'activité des canaux Kv3 administrée par voie orale et en cours d'évaluation pour le traitement de la schizophrénie. Le géant allemand versera à Autifony une commission initiale de 25 millions d'euros, puis d'éventuels paiements supplémentaires allant jusqu'à 17,5 M€ pendant la durée de l'option. Une fois l'option exercée et les étapes de développement et de pré-commercialisation achevées, la transaction pourrait atteindre un total de 627,5 M€. « Ce partenariat ouvre la possibilité de tester cliniquement un concept thérapeutique sans précédent pour le traitement de la schizophrénie et pour développer de nouveaux composés ayant une valeur significative pour le patient », a déclaré le Dr Jan Poth, directeur des domaines thérapeutiques du système nerveux central et de l'immunologie chez Boehringer Ingelheim. Mais les deux partenaires ne comptent pas s'arrêter là : ils souhaitent également explorer d'autres applications, notamment les troubles du système nerveux central comme le syndrome de l'X fragile ou encore les troubles auditifs.

 

Evox va évaluer le potentiel des exosomes

 

Dès le lendemain, Evox, une autre société anglaise, déclarait avoir également signé un accord avec Boehringer Ingelheim. La collaboration consistera cette fois à mener des recherches in vitro et in vivo sur le transport d'ARN par des exosomes, de petites vésicules extracellulaires, dans le cadre d'applications médicales en lien avec les pathologies sur lesquelles travaille le groupe allemand. Les modalités financières de cette collaboration n'ont pas été révélées. Une fois ces études réalisées, Boehringer Ingelheim pourra négocier un accord de licence afin d'aller plus loin dans le développement de candidats médicaments ARN en utilisant la technologie d'Evox pour le transport d'ARN par les exosomes. « L'utilisation d'exosomes comme vecteurs d'administration d'un médicament offre des avantages significatifs par rapport à d'autres méthodes d'administration dans la mesure où les exosomes peuvent transporter des molécules thérapeutiques vers des tissus cibles difficiles à atteindre. Nous sommes impatients de travailler avec Boehringer Ingelheim pour évaluer le potentiel des exosomes à amener des médicaments vers des sites qui sont actuellement inaccessibles par d'autres moyens », a déclaré Dr Antonin de Fougerolles, directeur général d'Evox.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Pharma
A la une sur Pharma

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS