Bilan positif pour le programme ADNA

Le 22 décembre 2017 par L.H.

Huit essais cliniques initiés, six nouveaux produits en développement, 67 brevets déposés, 289 publications et communications scientifiques réalisées et 70 emplois créés. À l'heure du bilan, le programme ADNA (Avancées diagnostiques pour de nouvelles approches thérapeutiques) peut se féliciter des avancées positives qu'il a permises dans le traitement des maladies infectieuses, des cancers et des maladies génétiques rares. Initié en 2006, ce programme d'innovation coordonné par l'Institut Mérieux et soutenu par Bpifrance est arrivé à son terme en 2017. Son montant total s'est élevé à 166,5 millions d'euros, avec un soutien de Bpifrance à hauteur de 73 M€, dont 40 % sous forme d'avances remboursables. Pendant presque dix ans, les partenaires industriels (bioMérieux et Genosafe dans le domaine du diagnostic, Transgene et Généthon dans le domaine thérapeutique) et technologiques (le CEA, le CNRS, ST Microelectronics, l'université Claude Bernard et HCL) ont travaillé à contribuer au développement d'une médecine de précision mettant à disposition des acteurs de santé des outils diagnostiques et thérapeutiques novateurs pour répondre à des besoins médicaux insatisfaits. Résultat : des retombées concrètes pour les patients, comme l'individualisation et le ciblage des soins ainsi qu'une connaissance plus fine des pathologies et de leurs mécanismes. Pour Laurence Tiennot-Herment, présidente de Généthon, « ADNA a accompagné la stratégie de Généthon visant à ce que des innovations issues d'une recherche pionnière puissent devenir des traitements mis à la disposition des malades ». Pour Généthon, ce programme s'est également traduit par un changement d'échelle, avec le passage au stade industriel pour la production de ses médicaments de thérapie génique. « Nous sommes convaincus que les initiatives collaboratives dans le domaine de la santé sont des modèles efficaces pour faire émerger les innovations de demain », a déclaré Paul-François Fournier, directeur exécutif innovation de Bpifrance. Un avis partagé par Alain Mérieux, président de l'Institut Mérieux, qui rappelle que « l'open innovation est d'ailleurs au coeur de la stratégie de R& D de l'Institut Mérieux et de ses sociétés ».


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Pharma
A la une sur Pharma

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS