113 M de médicaments saisis en Afrique

Le 23 septembre 2014 par Audrey Fréel

Pour la troisième année consécutive, une opération de lutte contre les produits pharmaceutiques illicites a été menée en Afrique.

Sous le nom de code « Biyela 2 », elle a permis la saisie de 113 millions de produits pharmaceutiques illicites. Elle a été menée du 26 mai au 4 juin dernier à l’initiative de l’Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRACM) et l’Organisation mondiale des douanes (OMD). Cette année, l’opération a concerné 14 pays et 15 ports maritimes africains. En tout, 290 conteneurs ont été contrôlés et 122 d’entre eux comportaient des produits illicites. Parmi les médicaments bloqués par les douaniers, la plupart concernent des analgésiques (31,9 %), des anti-inflammatoires (17,3 %), des antituberculeux (17,1 %), des antibiotiques (4,7 %) et des traitements contre le dysfonctionnement érectile (4,6 %). Pour la première fois, des médicaments vétérinaires ont aussi été interceptés : plus d’un million d’injectables au Bénin, plus d’un million de comprimés et ampoules au Mozambique et plus de 100 000 injectables au Togo. La majeure partie des médicaments illicites ont été saisis au Bénin (49,3 %) et en Tanzanie (24,1 %). Ils provenaient essentiellement d’Inde (90 %) et de Chine (5 %). « Le nombre d’interceptions réalisées durant cette opération démontrent une fois encore l’ampleur du fléau des produits pharmaceutiques illicites et contrefaisants en Afrique », a constaté Kunio Mikuriya, secrétaire général de l’OMD.

Mais le nombre de médicaments intercepté reste tout de même moins élevé que lors de la première édition de l’opération Biyela, menée pendant 10 jours en avril 2013, où 559 M de médicaments avaient été saisis. « L’an dernier, nous avons eu une saisie extraordinaire de médicaments contrefaits sur un seul conteneur », a tenu à préciser Kunio Mikuriya, secrétaire général de l’OMD. « En 2013, nous avons eu plus de pays africains qui ont participé (23, ndlr) mais cela dépend de la volonté politique et de la participation de ces pays », a pour sa part expliqué Bernard Leroy, président de l’IRACM. En 2012, l’opération Vice Grips 2 avait, elle, permis de saisir 83 M de produits pharmaceutiques illicites en Afrique, en 7 jours. Au total, 755 M de médicaments ont été interceptés lors de ces trois opérations, ce qui représenterait une valeur de plus de 370 M de dollars (287 M€). « C’est dire la quantité de médicaments illicites qui doivent entrer en Afrique chaque année », s’est alarmé Bernard Leroy.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Pharma
A la une sur Pharma

Effectuer une recherche


A suivre dans l'actualité

Vaccins
Traçabilité
Stratégie
Réglementaires

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS