Léger mieux en mai et juin pour l’imprimerie de labeur en France L’Ecole des métiers de l’imprimerie change de nom L’imprimerie en ligne Onlineprinters s’équipe d’une nouvelle imprimante Durst Gestion des couleurs : GMG fête ses 30 ans Du 8 au 11 septembre, Kern ouvre ses portes en Suisse
  • Imprimer
  • Envoyer
  • Envoyer

La taxe sur la publicité en ligne pénalisera-t-elle les médias traditionnels ?

Le 16 novembre 2010 par Bakhta Jomni
Mots clés : ,

Dans le cadre du projet de loi de Finances pour 2011, la commission des finances du Sénat propose d’instaurer une taxe sur la publicité en ligne. Cette taxe, symboliquement baptisée « taxe Google » est, selon l’Union des annonceurs (UDA), une réponse inappropriée, voire contre-productive, pour faire bénéficier à la France d’un revenu fiscal aujourd’hui essentiellement versé à l’étranger par certains opérateurs internet. « Faute de pouvoir taxer ces opérateurs, on souhaite imposer leurs clients français, très souvent des PME, autrement dit des entreprises d’ores et déjà pleinement assujetties à la fiscalité nationale et qui soutiennent, par leurs dépenses publicitaires, le développement des médias et des services gratuits sur Internet », s’indigne l’UDA dans un communiqué. En renchérissant le coût des investissements publicitaires sur Internet, cette taxe pourrait en effet pousser les annonceurs à modifier les budgets consacrés aux médias traditionnels, et en particulier à la presse.
 

Soyez le 1er à réagir






  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous