Pour une économie circulaire...

Le 13 septembre 2013 par Henri Saporta
* Mots clés :  Matériaux, Papier, Environnement

Partagez l’info :

envoyer à un ami
Le livre blanc d'Ecofolio a été présenté le 11 septembre.
Le livre blanc d'Ecofolio a été présenté le 11 septembre.

Nicolas Bouzou a rédigé le livre blanc "Economie circulaire et recyclage : vers un nouveau modèle économique" pour Ecofolio. -

A la veille de la conférence environnementale des 20 et 21 septembre 2013 durant laquelle l’économie circulaire devrait figurer en bonne place, Ecofolio, l’éco-organisme en charge des papiers, a voulu contribuer aux débats avec la publication de son livre blanc intitulé "Economie circulaire et recyclage : vers un nouveau modèle économique". Le fruit de cette réflexion a été présenté le 11 septembre à l'Assemblée nationale, en présence de l’économiste Nicolas Bouzou - le fondateur et directeur du cabinet de conseil Asterès est l'auteur de l'étude avec Juliette Hubert - et de Géraldine Poivert, directrice générale d’Ecofolio, avec François-Michel Lambert, président de l’Institut de l’économie circulaire et député Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) des Bouches-du-Rhône.

 

Boucles
Dans cette étude, Nicolas Bouzou analyse l'économie ciculaire comme une succession de boucles de réutilisation des biens et des ressources dans lesquelles s'inscrivent notamment le recyclage et, en dernier ressort, la valorisation énergétique. Les bouleversements possibles des circuits traditionnels répondent alors au principe de "la destruction créatrice" formalisé par l'économiste Joseph Aloïs Schumpeter. Pour Nicolas Bouzou, il s'agit d'un changement de cycle qui voit la fin de l'économie linéaire des Trente glorieuses - marquée, par exemple, par l'obsolescence programmée et le jetable - et le passage, voire le retour, vers une économie circulaire dont la gestion responsable des ressources qu'elle implique est d'autant plus essentielle que la croissance continue de la population mondiale entraîne une pression accrue de la demande.

 

Compétitivité
En s'appuyant sur l'exemple des papiers graphiques, Nicolas Bouzou montre comment écologie et économie sont réconciliées grâce à l'économie circulaire. Dans un secteur d'activité qui traverse de fortes turbulences tel que la papeterie, les vieux papiers, par opposition aux fibres vierges importées, doivent ainsi devenir une ressource stratégique locale et créatrice d'emplois pour la filière française. Mais la restauration de la compétitivité de l'industrie française n'est possible qu'à condition que collecte et recyclage soient eux-mêmes compétitifs. Nicolas Bouzou propose ainsi "la création d'un marché organisé des vieux papiers et éventuellement d'une chambre de compensation". Entre principe de proximité et libre circulation des machandises, des questions relatives à l'organisation des marchés restent toutefois posées.

Qualité
A cette occasion, Géraldine Poivert a donc, une nouvelle fois, rappelé qu'il était urgent de réduire les coûts de collecte et de tri des papiers graphiques. Plusieurs solutions sont possibles. Une collecte des papiers graphiques séparés des emballages permettrait, par exemple, d'en baisser les coûts et d'en améliorer la qualité. Mais l'automatisation des centres de tri, la recherche et développement (R&D) en matière d'encres et colles et des investissements conséquents sont tout aussi indispensables.

 

Loi-cadre
Afin de créer les conditions de l'émergence pérenne d'une nouvelle filière, Nicolas Bouzou estime que la commande publique reste un levier d'action majeur. Manuels scolaires, matériel électoral et autres formulaires administratifs pourraient ainsi être imprimés sur papier recyclé si le cahier des charges le stipulait. Et "utiliser un papier plus blanc que blanc n'est pas toujours nécessaire", s'amuse Nicolas Bouzou. L’Institut de l’économie circulaire préconise, pour sa part, des Etats généraux de l'économie circulaire comme prélude à une loi-cadre qui permettrait "l'émergence d'un nouveau modèle de prospérité".

 

M. Jourdain
Reste une question de fond. Si Nicolas Bouzou affirme que ces changements ne peuvent pas se faire "de façon spontanée et sans intervention de la puissance publique", il n'en demeure pas moins que l'emballage en verre, par exemple, a mis en pratique une boucle vertueuse de recyclage dès les années 1970. Comme M. Jourdain faisait de la prose, le verre fait donc depuis 50 ans de l'économie circulaire sans le savoir… Et sans intervention publique.

 Economie circulaire et recyclage : vers un nouveau modèle économique


 


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus