Les ONG dénoncent une décision de la Commission

Le 18 décembre 2014 par Henri Saporta
* Mots clés :  Environnement

Partagez l’info :

envoyer à un ami
Trier les emballages permet de fabriquer des matériaux issus du recyclage : c'est le principe de l'économie circulaire.
Trier les emballages permet de fabriquer des matériaux issus du recyclage : c'est le principe de l'économie circulaire.
© Saur

Jean-Claude Juncker et Frans Timmermans ont annoncé l’abandon des paquets "Qualité de l’air" et "Economie circulaire”. -

Voilà une information d’actualité pour la Jeune chambre économique de Paris (JCEP). Affiliée à la Jeune chambre économique de France (JCEF), cette association organisait, en effet, le 17 décembre, une conférence intitulée “Comment intégrer l’économie circulaire dans vos stratégies ?” avec la participation de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ou encore de l’Institut de l’économie circulaire. Respectivement président et vice-président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker et Frans Timmermans ont annoncé, le 16 décembre, l’abandon des paquets "Qualité de l’air" et "Economie circulaire" en proposant d’y revenir avec des propositions plus ambitieuses. Cette prise de position n’a pas manqué de faire bondir une quinzaine d'organisations non gouvernementales (ONG) de France et d’Europe. C’est ainsi que des ONG comme France Nature Environnement (FNE) et Les Amis de la Terre estiment, dans un communiqué commun diffusé par Zero Waste France (ZWF), que la Commission commet “une erreur stratégique colossale” et que cette décision “confirme le peu de cas qu’elle fait du développement durable et laisse craindre que cela ne soit que la première d’une série d’attaques à l’encontre des législations environnementales”. En ce qui concerne l’économie circulaire, sont remis en cause, selon ZWF, “les objectifs de recyclage de 70% pour les déchets municipaux et de 80% pour les emballages, tout comme l’interdiction de mettre en décharge tout déchet recyclable ou biodégradable”. 

 

Emplois

Les Européens ”comprendront aussi que Juncker et Timmermans ont délibérément fait une croix sur la possibilité de créer 180 000 emplois grâce au Paquet Economie circulaire et ont choisi d’ignorer l’industrie progressiste qui demande des mesures européennes pour améliorer l’efficacité dans l’utilisation des ressources”, regrette Delphine Lévi Alvarès, responsable de cette prise de position chez ZWF. En termes certes plus mesurés, Plastics Recyclers Europe (PRE) dit la même chose dans son communiqué en date du 16 décembre. L’association européenne des recycleurs de plastique évoque “un jour funeste pour la croissance durable en Europe” et plaide pour “une politique de l’économie circulaire plus ambitieuse”. Selon PRE, c’est la création de 120 000 emplois dans le recyclage des plastiques qui est compromis par cette décision. Idem chez les producteurs européens d'acier pour emballage de l'Apeal : Alexander Mohr, son secrétaire général, indique que, "si l'Europe veut devenir plus efficace en termes de ressources, une législation est indispensable pour inciter les Etats membres à améliorer leurs performances dans tous les matériaux" et déclare attendre avec impatience "une proposition de la Commission au moins aussi ambitieuse".


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus