Les nanomatériaux au programme de l’Anses

Le 10 février 2012 par Arnaud Jadoul
* Mots clés :  Environnement

Partagez l’info :

envoyer à un ami


SéCURITé SANITAIRE  Parmi les risques émergents, les enjeux sanitaires liés à ces objets occupent une place importante, selon l'Agence.

Les risques microbiologiques, la santé des abeilles et les nanomatériaux seront les trois grands thèmes sur lesquels l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) souhaite se mobiliser en 2012. En ce qui concerne les risques microbiologiques dans l'alimentation, c’est l'épidémie liée à la contamination de produits végétaux par la bactérie E.coli O104:H4, qui a touché près de 4 000 personnes au printemps dernier en Allemagne, ou encore des épisodes similaires en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, qui ont rappelé la nécessité de « renforcer la vigilance vis-à-vis des risques microbiologiques », selon l'Anses. Ainsi en 2012, l'Anses souhaite mettre en place un volet sanitaire de l'observatoire de l'alimentation permettant de centraliser toutes les données disponibles sur les dangers microbiologiques et chimiques dans les aliments. Elle souhaite écrire un guide reprenant l'ensemble des recommandations faites aux consommateurs en matière d'hygiène alimentaire et mener des travaux de recherche permettant d'améliorer les méthodes de diagnostic et la surveillance des pathogènes alimentaires majeurs et émergents.

 

Connaissances. Autre thématique forte: les nanomatériaux, présents dans des centaines de produits de grande consommation (raquettes de tennis, crèmes solaires, sèche-cheveux, emballages alimentaires...). Selon l’Anses, « parmi les risques émergents, les enjeux sanitaires liés au développement des nanomatériaux manufacturés occupent une place importante. L'évaluation de l'exposition de la population à ces objets est extrêmement complexe. Il est donc important, dans ce contexte d'incertitude scientifique, de renforcer rapidement les connaissances disponibles », souligne l'Anses. L'Anses souhaite donc mettre en place, pour les nanomatériaux, le même type de dispositif que celui qu'elle a créé pour les radiofréquences en 2011. Le groupe de travail pérenne « Nanomatériaux et santé - alimentation, environnement, travail » devrait voir le jour en 2012 afin de suivre, en temps réel, l'actualité scientifique sur le sujet. L’Anses prévoit également de créer un comité de dialogue destiné à ouvrir les débats scientifiques sur les grands enjeux de l'exposition, de la méthodologie de l'évaluation de risque ou de la connaissance des risques sanitaires.

 

Risques environnementaux. Mais l’agence ne veut pas abandonner pour autant son travail engagé l'année dernière concernant, entre autres, les contaminants de l'alimentation, les radiofréquences ou encore les perturbateurs endocriniens. Elle lancera également un appel à projets sur l'évaluation et l'analyse des risques environnementaux pour la santé humaine, en population générale ou au travail, couvrant ainsi les risques sanitaires liés aux agents chimiques, biologiques ou aux pesticides, et à ceux liés aux nouvelles technologies. Cet appel inclura également des approches transverses, notamment à travers la question du cancer. Il devra prendre en compte les questions relatives aux effets des radiofréquences sur la santé.


Recherches liées

nanomatériaux

Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus