Leroy Somer renforce son offre de services

Le 01 octobre 2014 par Tiziano Polito
* Mots clés :  Composants

Partagez l’info :

envoyer à un ami
Un moteur Leroy Somer.
Un moteur Leroy Somer.

Le fabricant de systèmes d’entraînement lance une nouvelle formule visant à réduire le coût total de possession de ses composants. -

Il existe près de 12 millions de systèmes d’entraînement en France et près du quart sont des moteurs Leroy Somer. L’industrie domine, bien sûr, les applications, y compris dans l’emballage et le conditionnement, où ces moteurs, asynchrones et synchrones, font tourner une multitude de machines, mais il ne faut pas oublier le génie climatique, les ascenseurs, la manutention civile et aéroportuaire.

Que faire pour réduire les coûts engendrés par ces équipements, par exemple les surconsommations d’énergie mais aussi le manque à gagner dû à une panne imprévue ? Adhérer à un programme de services de Leroy Somer. C’est, en tout cas, ce que propose la filiale de l’américain Emerson. « Notre objectif est de réduire le coût total de possession de l’équipement via un audit ciblé, autour d’une cinquantaine de points de contrôle », explique Alain Bondoux, directeur commercial de la branche Service et Distribution de l’entreprise. D’ajouter : « Nous ciblons nos moteurs bien sûr, mais aussi ceux de nos confrères ». D’après l’équipementier, le coût total de possession (en anglais Total Cost of Ownership, TCO) d’un moteur électrique se compose notamment de deux postes de dépenses :  le coût de fonctionnement qui comprend les dépenses en énergie, en maintenance et en formation, et représente entre 35% et 50% du TCO ; le coût des arrêts de production (entre 40% et 60% du TCO). Quant aux frais d’achat (mise en route, installation) et de recyclage du matériel, ils peuvent représenter, respectivement, entre 3 et 6% et 2 et 4% du TCO .

 

Economies
Ces principaux postes de dépenses sont aussi ceux où Leroy Somer pense pouvoir intervenir en apportant son expertise. « Un matériel correctement dimensionné peut apporter de 1 à 3% d’économies sur la note d’électricité », avance Eric Moreau, directeur des filiales de service. Cette prestation sera proposée à la fois aux utilisateurs finaux et aux intégrateurs (OEM) - à savoir les constructeurs de machines - dans le cadre d’un contrat de service. La mise en œuvre des audits sera confiée à un réseau de 50 centres de services, dispersés sur tout le territoire français. Les deux tiers d’entre eux seront des prestataires extérieurs, homologués par Leroy Somer, le tiers restant étant constitué des salariés. Une hot-line sera disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Le lancement de ce service suit une période de tests effectuée, avec succès, chez des industriels de renom tels que Citroën, Lafarge et Cemex. Leroy Somer veut ensuite élargir son offre à ses clients européens puis à ceux du monde entier. « Nous pensons apporter deux types de réponses aux industriels : une solution d’aide à la maintenance alors que ceux-ci réduisent les ressources et les effectifs alloués, en interne, à cette tâche, et un moyen pour mieux quantifier les dépenses liées à l’outil de production », indique Alain Bondoux. Les 12 millions d’entraînements existants en France représentent une consommation de 100 térawatts/heure, soit 23% de la dépense énergétique nationale.


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus