Le Syrono et le Symop ne font plus qu’un

Le 13 avril 2015 par Tiziano Polito
* Mots clés :  Robots

Partagez l’info :

envoyer à un ami
De dr. à g., Serge Nadreau, Bruno Bonnell et Jean-Camille Uring.
De dr. à g., Serge Nadreau, Bruno Bonnell et Jean-Camille Uring.
FRANCK FOUCHA

Le Syndicat de la robotique de service professionnel et personnel rejoint celui des machines et technologies de production. -  

La frontière entre les services d’aide à la personne et l’univers de la production s’effrite… grâce à la robotique. Le Syndicat de la robotique de service professionnel et personnel (Syrono) regroupant des entreprises qui, comme Aldebaran Robotics, Aronose ou Eos Innovation, développent des robots pour des services d’aide aux personnes rejoint le Syndicat des machines et technologies de production (Symop). Suite à cette fusion, le Syrono devient le douzième groupe du Symop au même titre que les machines d’emballage et de conditionnement. « Le rapprochement de nos deux syndicats démontre la dynamique de la robotique française et vise à peser plus fortement sur son développement. Notre objectif est de réunir l’ensemble des acteurs concernés pour développer des actions fédératives et concrètes au service d’une filière forte et intégrée », expliquent Jean-Camille Uring, président du Symop, Bruno Bonnell, président du Syrobo, et Serge Nadreau, président du groupe Robotique du Symop.

 

100 milliards d'euros 

Le marché de la robotique, en fort développement dans le monde entier, devrait atteindre 100 milliards d’euros en 2020 et le gouvernement veut faire en sorte que la France compte parmi les cinq leaders mondiaux dans ce domaine d’activité. Sur sur un plan plus pratique, ce rapprochement pourrait autoriser davantage de synergies entre les entreprises alors que la notion de cobotique, c'est-à-dire le travail collaboratif entre le robot et l’homme, se développe dans l’univers de la production.

Membre de la Fédération des industries mécaniques (FIM), le Symop regroupe 240 entreprises qui emploient 16 000 salariés et réalisent un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. Serge Nadreau, président du groupe Robotique, et Bruno Bonnell, président du groupe Syrobo au sein du Symop, développeront une feuille de route commune. Jean-Camille Uring demeure président du Symop.

 

 


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus