L'industrie du plastique aide à lutter contre les déchets marins

Le 23 mars 2011 par Arnaud Jadoul
* Mots clés :  Matériaux, Plastiques, Environnement

Partagez l’info :

envoyer à un ami
déchets marins
déchets marins

47 associations représentant les acteurs de 26 pays prennent position dans une déclaration commune. -

Réunis à Hawaï (Etats-Unis) pour la cinquième conférence internationale sur les déchets marins, 47 associations représentant les acteurs de l’industrie du plastique de 26 pays ont signé le 22 mars, à l’initiative des industriels européens, une « déclaration commune pour des solutions au problème des déchets marins ». Ce texte définit "un ensemble d’objectifs clairs", mais pas nouveaux, et préconise "une coopération étroite avec un large éventail d’acteurs afin de réduire de manière significative les dommages causés à l’environnement marin". Dans une stratégie en six points, l’industrie mondiale va : travailler dans le cadre de partenariats public-privé visant à prévenir les déchets marins ; travailler avec la communauté scientifique afin de mieux comprendre l’ampleur, les origines et l’impact des déchets marins et les solutions à apporter au problème ; promouvoir l’élaboration de politiques globales, fondées sur des bases scientifiques, ainsi qu’une meilleure application des lois existantes pour prévenir les déchets marins ; promouvoir les bonnes pratiques en matière de traitement des déchets, en particulier dans les régions côtières ; augmenter les possibilités de recyclage et de valorisation énergétique des produits plastiques ; et maîtriser le transport et la distribution des granulés et produits plastiques à ses clients et promouvoir les bonnes pratiques tout au long de la chaîne logistique.

 

Catalyseur. Jacques van Rijckevorsel, président de PlasticsEurope, estime que "la présence de déchets plastiques dans l’environnement est inacceptable, quel que soit le milieu concerné. Cette déclaration mondiale de l’industrie jouera un rôle de catalyseur pour des actions concrètes aux niveaux national, régional et international". Pour sa part, Steve Russell, vice-président de la division plastique du Conseil américain de la chimie (ACC), déclare que "c’est le nombre d’entités, l’extension de la couverture géographique et le nombre de pays représentés qui sont significatifs".
 

Engagement. On estime que plus de 80% des déchets marins proviennent des terres et résultent d’un mauvais traitement des déchets. "Les matières plastiques contribuent de manière significative à améliorer notre qualité de vie, à préserver nos ressources et à soutenir l’innovation. Cependant, elles doivent être utilisées de manière responsable et, en fin de vie, être recyclées ou valorisées énergétiquement. Par la promotion et le renforcement de pratiques s’assurant que les plastiques ne finissent pas dans des décharges ou dans la mer, les pays européens seront en mesure de lutter contre les déchets marins. L’industrie européenne du plastique s’engage à être au cœur de cet effort dans les mois et années à venir", affirme Jacques van Rijckevorsel. Pour la France, les signataires de cette déclaration sont PlasticsEurope, qui représente les producteurs de matière plastique, la Fédération de la plasturgie, qui représente les transformateurs, et Elipso, qui rassemble les fabricants d’emballages plastiques et d’emballages souples.


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus