Emballages, le grand délire…

Le 25 mars 2015 par Henri Saporta

Partagez l’info :

envoyer à un ami


EDITORIAL  Céline Crespy livre une vision particulièrement tronquée des ressorts de l’emballage. -  

Dans l'interminable feuilleton des amours contrariées de la télévision et de l’emballage, Céline Crespy a réalisé un nouvel épisode aux ressorts comiques sans doute involontaires. Dans la série "Le monde en face" présentée par Marina Carrère d’Encausse, France 5 a diffusé le mardi 24 mars à 20 h 40 un documentaire de 52 minutes intitulé “Emballages : le grand déballage” écrit par Sandrine Mary et réalisé par Céline Crespy. Mais à trop vouloir réduire l’emballage à une fin, ce qu’il est en partie, en oubliant qu’il est avant tout un moyen indispensable de conserver et de protéger, Céline Crespy démontre, en creux, que l’emballage est une absolue nécessité. Le passage consacré au vrac - présent dans les marchés, les boucheries ou encore les fromageries - illustre par l’absurde que ce mode de distribution fait simplement appel à une autre forme d’emballage. Et s’il faut passer par un "burn-out" pour se rendre dans les nouvelles épiceries qui fleurissent, comme l’explique la mère de famille interrogée, Céline Crespy nous prépare des lendemains très inquiétants. Si réaliser un documentaire à charge - au risque de découvrir que "l’eau, ça mouille" et que les marques font du commerce et du marketing - peut constituer un angle, omettre de dire que les cinq millions de tonnes d'emballages ménagers sont recyclées à 67% et que les marques financent ce recyclage - à hauteur de 650 millions d’euros en 2014 - relève, au mieux, de la faute et, au pire, de la malhonnêteté intellectuelle. Les Français trient leurs emballages depuis plus de 20 ans déjà car, effectivement, réduire leurs impacts sur l’environnement est une obligation parfaitement identifiée. En contrepartie des services rendus et au-delà des innovations portées par la recherche et développement, les deux axes de progrès de l’emballage moderne sont l’écoconception pour les industriels et le tri à la source par les citoyens. Pourquoi ne pas le dire plutôt que de laisser entendre que nous sommes tous coupables d’irresponsabilité ?  

 

Gaspillage

Mais le pompon du contre-exemple revient peut-être aux Wikicells du professeur David Edwards : pour être comestible, un emballage doit être propre donc… emballé. CQFD. Et peut-on croire sérieusement qu’un consommateur est incapable de comparer les prix au litre et au kilo affichés sur les tablettes des grandes surfaces pour déterminer qu’une petite quantité est plus chère qu’une grande ? Toutes les mères de famille donnent à leurs enfants une bouteille d’eau d’un litre et demi et un kilo de compote pour le goûter, c’est bien connu. Les petites quantités se développent car délivrer la juste dose au bon moment est une fonction essentielle pour rendre un service et éviter le gaspillage. Au chapitre du sujet très sensible de la sécurité sanitaire, le professeur Jean-François Narbonne, dans le court débat qui a suivi, est venu remettre fort heureusement un peu de bon sens dans un festival d’approximations et de généralisations abusives. Avec tous ses défauts - et ses excès qu’il convient toujours et encore de corriger - mais aussi toutes ses qualités, l’emballage, “arme de séduction massive” dans un univers de concurrence exacerbée, constitue une manifestation paradoxale des sociétés de consommation dites développées qui mérite un traitement un peu plus sérieux : Céline Crespy a réalisé un documentaire en noir et blanc à l’ère de la télévision en couleurs haute définition. C’est bien dommage. L’épisode est, une nouvelle fois, largement raté. D’aucuns le qualifieraient d’idiot. 


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus