Des traces de médicament dans l'eau du robinet…

Le 05 avril 2011 par Henri Saporta
* Mots clés :  Environnement

Partagez l’info :

envoyer à un ami


Le quatrième rapport sur la consommation responsable est sorti. -

Le jeudi 31 mars, mescoursespourlaplanete.com a lancé la quatrième édition de son rapport sur les chiffres de la consommation responsable en 2010. Ce rapport a pour ambition de mesurer le passage à l'acte des consommateurs en matière de consommation durable. Il relève ainsi des tendances comme, par exemple, la hausse de 10% des produits issus de l'agriculture biologique par rapport à 2009, soit un chiffre d'affaires record de 3,3 milliards d'euros. Le rapport pointe, en revanche, le recul de l'activité de la collecte et du recyclage et les impacts de l'obsolescence programmé des équipements électriques et électroniques. Est également pointé le problème des traces de médicaments trouvées dans l'eau courante et, en conséquence, la sécurité de l'eau embouteillée. Dans le détail : "Des résidus d’anti-épileptiques, anxiolytiques et d’hormones contraceptives réussissent à déjouer le traitement des usines et se retrouvent dans l’eau de nos robinets. C’est le résultat d’une étude menée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) à la demande de la Direction générale de la santé (DGS). Au total, 19 traces de médicaments (sur les 45 recherchés) ont été détectées dans 25% des prélèvements d’eau potable analysés. Ces résultats, rendus publics en février 2011, révèlent également que certaines analyses d’échantillons contiennent jusqu’à 4 types de résidus médicamenteux différents. Il n’existe actuellement pas de limite légale relative aux quantités de résidus médicamenteux dans l’eau et il semble difficile d’y échapper : les carafes filtrantes, tout comme les filtres qu’on installe sur les robinets, n’en éliminent qu’une partie... au mieux ! Les débats sur la qualité sanitaire de l’eau du robinet sont donc loin d’être résolus et l’eau en bouteille a probablement encore de belles années devant elle. Des solutions pour réduire son impact sur l’environnement devront donc voir le jour ! Ainsi, les premières bouteilles d’eau d’origine végétale ont fait leur apparition sur le marché français fin 2010. Volvic a, en effet, lancé la première bouteille végétale : 100% recyclable et composée de 20% de plastique d’origine végétale (canne à sucre). Durant la même période, la marque Montcalm a présenté sa bouteille 100% PET recyclé. Elles n’engendrent donc plus d’utilisation de nouvelles ressources fossiles et réduisent significativement (-43% pour une bouteille d’1,5 L) l’empreinte carbone." mescoursespourlaplanete.com est une initiative de Graines de Changement, l'agence d'information sur le développement durable fondée par Elisabeth Laville et Marie Balmain, également à l'origine de maconsomaplanete.com, noscantinespourlaplanete.com et campusresponsables.com.

 


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus