Blanchet rebondit en innovant

Le 10 juin 2014 par Henri Saporta
* Mots clés :  Matériaux, Bois, Pack & Gift 2014

Partagez l’info :

envoyer à un ami
Blanchet est bien implanté dans les produits de la mer.
Blanchet est bien implanté dans les produits de la mer.

Le spécialiste de l'emballage en bois a été victime d'un incendie en avril 2013. -

Ce qui ne tue pas rend plus fort : Blanchet peut témoigner du bien-fondé de cet adage. Le leader français de l'emballage léger en bois est reparti de plus bel sur le chemin de l'innovation après un sinistre qui aurait pu le mettre en grand danger. Forte d'un chiffre d'affaires de 6,5 millions d'euros avec 43 salariés, l'entreprise meurtrie qui exposait sur Pack & Gift en 2013 a redémarré sur de nouvelles bases pour l'édition 2014 du salon de l'emballage promotionnel qui se tenait les 4 et 5 juin. Caractérisée par une succession rapide de choix stratégiques marqués par des déménagements, l'histoire de l'entreprise manchoise commence après la Seconde Guerre mondiale en 1955. Créée à Granville par Raymond Blanchet, la société est alors une scierie qui emploie des bûcherons dans une exploitation forestière. Les essences travaillées sont le hêtre, pour sa dureté, et le peuplier, pour sa malléabilité ; les marchés sont très diversifiés. Comme le rappelle Florence Blanchet, petite-fille de Raymond, qui a succédé à son père, Michel Blanchet, à la direction de l'entreprise implantée à Avranches en 2002, c'est "la proximité du bord de mer qui entraîne les premiers pas dans l'emballage". À partir de 1966, les premières caisses à poissons sortent du nouveau site de Marcey-les-Grèves. Elles sont composées d'embouts de peuplier sciés. Mais pour un véritable développement dans l'emballage, il faut accéder à une nouvelle technologie : le déroulage permet de réaliser des emballages légers grâce à la finesse de leurs parois. De la machine de déroulage installée en 1974 dans la nouvelle usine d'Avranches sortent les premières bourriches d'huîtres et les caisses pour coquilles Saint-Jacques. Les produits de la mer deviennent progressivement le premier marché.

 

Sciage

À l'aube des années 2000, il apparaît toutefois compliqué de maintenir l'entreprise sur deux marchés qui n'ont plus de rapport. Si la scierie affiche encore 30% du chiffre d'affaires, les perspectives de développement sont très limitées alors que l'emballage est en forte croissance. La douloureuse décision d'arrêter le sciage est prise mais "sans casse sociale" comme le souhaite Michel Blanchet. 

Le fabricant revoit alors entièrement son positionnement. La scierie est fermée sur une période suffisamment longue pour mener à bien la reconversion des salariés concernés tandis que l'activité de déroulage est stoppée. Livrées aux formats souhaités par le partenaire retenu, les plaques de bois déroulé viendront désormais d'une peupleraie située dans les Deux-Sèvres. "Avec la spécialisation dans l'emballage, nous avons appris de nouveaux métiers et intégré de nouvelles compétences", souligne Florence Blanchet. Car ce choix stratégique implique que l'emballage compense les 30% de chiffre d'affaires perdus avec l'arrêt de la scierie. Blanchet s'établit sur son site actuel en 2004. Personnalisation, décoration, marquage, sérigraphie, couleurs "flashy", présentoirs, fonctionnalités inédites : Blanchet se lance dans une politique d'innovation et de recherche et développement (R&D) soutenue afin de conquérir de nouveaux marchés. Aux produits de la mer et autres produits alimentaires s'ajoutent, par exemple, les emballages promotionnels ou les paniers-cadeaux. A côté du bois déroulé, le contreplaqué offre de nouvelles possibilités en termes de formes et de finitions. Baptisé EasyKlips, le système de fermeture par clipsage témoigne de cette stratégie. Appuyée par un studio de création, l'équipe marketing fraîchement constituée crée désormais de véritables collections saisonnières.   

 

Incendie

Mais voilà ! En jouant avec un briquet au pied de l'entrepôt de 5000 m² où sont stockés les produits finis, des enfants viennent contrarier la dynamique d'innovation. Le samedi 20 avril 2013, quelque huit mois de production partent en fumée en quelques heures. Faut-il préciser que le bois représente un combustible de choix ? La réaction rapide des pompiers limite toutefois les dégâts : l'atelier de production est relativement épargné. Le choc de l'incendie passé, direction et salariés, soutenus par les élus locaux et la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) centre et sud Manche et portés par des clients fidèles, se mobilisent en mettant les bouchées doubles pour reconstituer le stock et livrer les clients tout en maintenant la production. Un an après, le plus dur est passé : un nouvel entrepôt est en voie de finition. Moderne, le bâtiment est notamment équipé de quais afin de fluidifier la logistique. C'est dans ce contexte que deux innovations majeures doivent voir le jour en 2014. Depuis plus de trois ans, Blanchet travaille sur ces deux technologies, très différentes mais complémentaires, qui pourraient bien bouleverser le monde de l'emballage en bois… L'annonce officielle se fera sur Emballage 2014 en novembre prochain. De quoi fêter dignement les soixante ans de l'entreprise en 2015 ! 

 

Recherches liées

blanchet

Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus