Unilever pousse la compression des aérosols

Le 26 novembre 2013 par Mirabelle Belloir
* Mots clés :  Matériaux, Aluminium, Développement durable, Unilever

Partagez l’info :

envoyer à un ami


Disponibles depuis février 2013 au Royaume-Uni, les déodorants de taille réduite vont être commercialisés en France à partir du 1er janvier 2014. -

En février 2013, Unilever commercialisait des déodorants en aérosol compressé au Royaume-Uni. Un site internet est même dédié à cette innovation. Utilisant deux fois moins de gaz propulseur pour la même quantité de produit, ils permettent une réduction de la taille de l'emballage et une sérieuse économie de matière première. Le 1er janvier 2014, ils vont être lancés dans l’Hexagone. « Le Royaume-Uni a été un marché test. L'essai a été transformé : les déodorants compressés représentent déjà 50% des ventes », confie Audrey Dassié, responsable marketing déodorants pour Unilever France. Fort de ses bons résultats, le groupe a décidé d’étendre la commercialisation en Europe. La France est donc le deuxième pays où seront déployés ces nouveaux conditionnements. « Nous lançons ces produits compressés pour toutes nos marques de déodorants féminins, Dove, Monsavon, Rexona. Ce sont 12 références qui vont être lancées début 2014. En 2015, ce sera au tour de nos marques hommes comme Axe », poursuit Audrey Dassié. Pour le territoire français, Unilever a aussi de grandes ambitions. « Nous voudrions que les déodorants compressés représentent 50% de nos ventes d’ici fin 2014 », annonce Audrey Dassié.

 

Réduction de l'empreinte carbone

Unilever utilise la technologie Truspray, mise au point au début des années 2000 par les Allemands Steag Microparts et Lindal (lire "Unilever compacte ses aérosols" dans le numéro de septembre 2013 d’Emballages Magazine). Les boîtiers des déodorants sont fabriqués par Tubex, les valves de distribution par Lindal. « Deux fois moins de gaz propulseur se traduit par des emballages plus petits, une économie de 25 % d’aluminium et une diminution de 25% de notre empreinte carbone », précise Audrey Dassié. « Ce lancement est en ligne avec nos objectifs de développement durable, insiste  Bruno Witvoet, président d’Unilever France. 4,1 milliards de déodorants sont vendus chaque année dans le monde dont 80 % en aérosol. Parmi ces 80 %, la moitié sont des produits Unilever. En tant que leader sur ce marché, nous devons donc prendre nos responsabilités et montrer l’exemple. » Unilever voudrait que le format compressé devienne le standard de la catégorie. D'ailleurs, le groupe n'a pas déposé de brevet « pour ne pas mettre d’entraves et que les autres acteurs puissent utiliser cette technologie », souligne Audrey Dassié. Truspray étant brevetée par les sociétés qui l’ont développée et Sanex l’ayant utilisée en 2005, qu’est-ce-qu’Unilever aurait pu breveter ? « Sanex n’avait utilisé cette technologie que sur un seul produit. Pour notre part, nous l’utilisons sur 12 formulations différentes. Il a fallu trouver le bon équilibre de gaz et de composés actifs pour que chaque  produit soit diffusé correctement par la valve. C’est cet équilibre formule – valve que nous aurions pu breveter », confie Audrey Dassié.

 

Education du consommateur

Sanex a arrêté la production de déodorants compressés depuis plusieurs années, faute de ventes suffisantes. Unilever pense que ses produits auront beaucoup plus de succès. « A l’époque, Sanex a communiqué sur le fait qu' il proposait un spray plus doux. Les consommateurs ont pensé qu’il s’agissait d’un mini format et pas d’un format de remplacement. La notoriété de nos marques est plus importante et, en arrivant avec plusieurs références, nous aurons plus de visibilité dans les rayons. Nous allons faire un gros effort de communication pour éduquer le consommateur. En plus, celui-ci est aujourd’hui beaucoup plus sensible au développent durable », rappelle Audrey Dassié. Unilever France a prévu une campagne télévisée de 40 semaines pour bien expliquer le principe de ces nouveaux produits et rassurer les consommateurs sur le fait que les déodorants compressés contiennent autant d’actifs anti-transpirants que les formats "dilués". Sur les boîtiers, un pictogramme l'explique. Il est accompagné de la phrase "Moins d’emballage, autant d’utilisations !". « Pour favoriser la comparaison, nous incitons les distributeurs à placer côte à côte en rayon les déodorants dilués et les déodorants compressés en recommandant le même prix de vente. Nous voulons vraiment que ces derniers deviennent la norme de demain. A l’avenir, nos innovations seront lancées uniquement au format compressé », conclut Audrey Dassié.

 

Eco-Emballages

Invité à la conférence de presse de ce lancement, Eric Brac de la Perrière, directeur général d’Eco-Emballlages, a salué l’initiative d’Unilever et rappelé que les aérosols en aluminium se recyclent très bien : « En France, seulement un aérosol sur trois est recyclé. Dans le cadre de ce lancement, Eco-Emballages rappelle aux consommateurs que les aérosols en aluminium, une fois vidés, se trient et se recyclent parfaitement ». En France, Unilever est un gros contributeur d’Eco-Emballages. « Mais il ne s’arrête pas là. Le groupe incite les consommateurs à trier. Ainsi, ce sont déjà 330 références du groupe qui sont porteuses de l’info tri-point vert », annonce Eric Brac de la Perrière.

Avec un portefeuille de quelque 400 marques, Unilever a réalisé un chiffre d’affaires de 51 milliards de dollars en 2012.


dans la même rubrique

12/01/2004 PCD

Recherches liées

unilever

Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus