Veuve Clicquot opte pour les transmodules de Schubert

Le 27 août 2013 par Tiziano Polito
* Mots clés :  Luxe, Conditionnement secondaire, Automatismes, Investissement

Partagez l’info :

envoyer à un ami


La maison de champagne a investi dans une ligne d'encaissage affichant une cadence de 150 bouteilles par minute. -

De la puissance et de la souplesse tout en respectant au maximum l'intégrité de l'emballage : tels étaient les impératifs de Veuve Clicquot, lorsque l'entreprise a voulu rénover une ligne d'encaissage de son usine de Reims (Marne). La maison de champagne était équipée, jusque-là, d'une installation monoformat d'une capacité de 100 bouteilles par minute. 

 

Jaune orangé

Elle s'est tournée vers Gerhard Schubert séduite par son concept de ligne à transmodules TLM et parce que ce dernier a su répondre à l'ensemble de ses requêtes. La ligne est en effet capable d'encaisser et de caler, en les plaçant sur des intercalaires en carton, jusqu'à 150 bouteilles à la minute ; elle permet également de passer facilement d'un format de caisse de six bouteilles à un second qui en contient douze. L'intégrité des emballages, que ce soit l'aspect extérieur de la caisse imprimée aux couleurs de la marque (le célèbre jaune orangé) ou l'habillage de la bouteille, est respectée grâce à plusieurs astuces techniques. Les transmodules, une technologie propre à Gerhard Schubert, consistent en des navettes qui circulent le long d'un rail pour transporter les produits et les caisses le long de la ligne et évitent, grâce au principe de "prise positive", les chocs à l'origine des détériorations des emballages. Ce système de manutention constitue une alternative aux systèmes dits "en accumulation" généralement utilisés sur les machines d'encaissage. Pour ce qui relève de la manipulation de bouteilles, Gerhard Schubert a prévu, sur son robot, un préhenseur dont les ventouses évitent soigneusement la surface de l'étiquette de manière à ne pas l'endommager. Le producteur de champagne, présent sur le marché du luxe, a été sensible à ces arguments.  

 

 

Huit machines

L'installation dans laquelle il a investi se compose de huit machines interdépendantes (voir photo ci-dessous). Comme cela est le cas sur toutes les installations de Gerhard Schubert, les flux produits/emballage sont inversés. En l'occurrence, on retrouve sur cette ligne trois flux parallèles : celui des bouteilles, transportées par un convoyeur ; celui des intercalaires en carton qui sont véhiculés par transmodules dans le sens contraire à celui des bouteilles ; celui des caisses, dont la manutention est également gérée par des transmodules qui, en fin de cycle, se déplacent d'un rail à l'autre. Chaque caisse, quel que soit son format, contient deux couches de bouteilles posées sur leur intercalaire. Le process commence à l'extrémité de la ligne : un premier robot, modèle TLM-F3, extrait les découpes stockées à plat dans un magasin, puis les transfère vers une deuxième machine, modèle TLM-F2, qui les forme par groupes de deux pour les transformer en intercalaires et les place sur un transmodule. Ce dernier se déplace ensuite vers la zone de chargement où six robots 4-axes TLM-F4 saisissent les bouteilles qui arrivent sur le convoyeur.

 

 

Tête-beche

Les bouteilles sont saisies une à une et sont positionnées, tête-bêche, dans l'un des trois alvéoles que compte chaque intercalaire en carton. Une fois remplis avec leurs trois bouteilles, les intercalaires sont ensuite introduits dans les caisses à l'aide d'un robot TLM-F2 (voir photo ci-dessous). Ce même robot aura préalablement formé les caisses et les aura placées sur un transmodule afin qu'elles soient, comme c'est le cas pour les intercalaires, acheminées vers la zone de picking. Malgré la complexité du process, la ligne demeure compacte : 3 mètres de largeur pour une quinzaine de mètres de longueur. "Nous disposons d'une machine flexible et plus productive qui reste malgré tout très simple, notamment pour ce qui relève de la maintenance", résume Henri Darré, directeur technique de Veuve Clicquot. La technologie des transmodules TLM a été lancée en 2009. Depuis, pas moins de 1600 transmodules ont trouvé place sur les lignes de Gerhard Schubert. Basé à Crailsheim, en Allemagne, le constructeur emploie 900 personnes dans le monde. 

 


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus