UFC-Que Choisir pour une réglementation sur les encres alimentaires

Le 28 septembre 2011 par Tiziano Polito
* Mots clés :  Matériaux, Papier, Carton plat, encres-colles

Partagez l’info :

envoyer à un ami
La chapelure Leader Price contiendrait 10 fois la dose maximale d'huiles minérales.
La chapelure Leader Price contiendrait 10 fois la dose maximale d'huiles minérales.

SéCURITé SANITAIRE  L'association aurait constaté la migration dans des aliments de dérivés pétroliers présents dans les encres et les cartons d'emballage. -

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir "exige la mise en place" d'une réglementation pour protéger la santé des consommateurs, après avoir constaté la migration dans des aliments de dérivés pétroliers présents dans les encres et les cartons d'emballage. "Alertée par les analyses de nos confrères allemands et suisses, l'UFC-Que Choisir a réalisé un test sur 20 produits alimentaires vendus en France (pâtes alimentaires, riz, couscous, chapelure, sucre en poudre) afin de vérifier si les substances chimiques présentes dans les encres et emballages en carton étaient susceptibles de se retrouver dans les aliments qu'ils contiennent", explique l'association dans un communiqué. Il en résulte que "les dérivés pétroliers, présents dans les encres d'emballage et le carton, se retrouvent dans les aliments !", déplore UFC-Que Choisir. L'analyse porte sur des catégories d'aliments secs, le plus souvent en contact direct avec le carton d'emballage. Parmi les 20 produits testés, 14 contiennent "à des niveaux préoccupants, des huiles minérales provenant des encres des emballages en carton", détaille l'association. Les doses en huiles minérales saturées relevées sur le couscous graine Tipiak et la chapelure Leader Price contiennent, respectivement, 50 fois et 10 fois la dose maximale recommandée par le Comité mixte d'experts sur les additifs alimentaires de la FAO et de l'OMS, qui est égale à 0,6 mg/kg d'aliment et fait office de référence au niveau international. Aucune étude n'existe sur la toxicité des huiles minérales saturées sur l'homme, mais "les données sur les animaux sont particulièrement préoccupantes", souligne l'étude d'UFC-Que Choisir. "Les huiles minérales saturées retrouvées dans 75% des produits testés peuvent provoquer sur l'animal des dommages au foie, au coeur et aux ganglions lymphatiques. Quant aux huiles aromatiques, elles appartiennent à la famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques dont certains sont classés cancérogènes", fait-elle valoir. L'association demande donc "aux pouvoirs publics français et européens de combler le vide réglementaire actuel et de définir sans plus attendre une réglementation sur les huiles minérales garantissant l'absence de dérivés pétroliers dans les aliments". Elle demande également aux professionnels, "en l'attente d'une réglementation, d'utiliser dès maintenant, en application du principe de précaution, des encres végétales ou à faible migration, comme le recommande elle-même l'association des fabricants d'emballages en carton". (Avec AFP)


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus