Pas de BPS dans les tickets

Le 16 août 2011 par Henri Saporta
* Mots clés :  Distribution, BPA

Partagez l’info :

envoyer à un ami

SéCURITé SANITAIRE  Gérard Bapt remet en cause l'alternative au BPA utilisée par les distributeurs. -

Dans une lettre adressée aux dirigeants des distributeurs Carrefour et Casino, Gérard Bapt, député maire PS de Saint-Jean (Haute-Garonne) et président du groupe "Santé environnementale" de l'Assemblée nationale, explique que remplacer, dans les tickets de caisse, le bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien, par du bisphénol S (BPS) n'est pas forcément une bonne idée. Gérard Bapt indique qu'il s'était réjoui que ces enseignes aient supprimé le bisphénol de la composition des tickets de caisse, après la parution de l'étude de l'unité de Toulouse (Haute-Garonne) de l'Institut national de recherche agronomique (Inra) montrant que le BPA pouvait migrer dans la peau à partir de ces reçus. Or, selon deux études japonaises réalisées en 2005 et 2006, le BPS se révèle être aussi "un perturbateur endocrinien" qui se dégrade "beaucoup plus lentement que le BPA dans les milieux aquatiques". Il est donc "plus persistant dans l'environnement". Gérard Bapt affirme que le BPS a fait l'objet de beaucoup moins d'études que le BPA et préconise d'éviter que les caissières susceptibles d'être enceintes manipulent les tickets de caisse, de la même façon que les femmes enceintes doivent éviter les contenants alimentaires comportant du bisphénol tels que les canettes ou les conserves.


Recherches liées

bps
tickets

Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus