Le programme Emabio restitué

Le 06 juin 2012 par Arnaud Jadoul
* Mots clés :  Matériaux, Biomatériaux

Partagez l’info :

envoyer à un ami
Le projet Emabio visait à créer, à partir de farine de maïs, un matériau d'emballage rigide et actif.
Le projet Emabio visait à créer, à partir de farine de maïs, un matériau d'emballage rigide et actif.

Alimentec organise le 29 juin un colloque sur les travaux de ce projet scientifique. -

Quelles perspectives pour l’usage de polymères naturels dans les emballages alimentaires ? Cette question résume les résultats du projet Emabio, qui seront restitués lors d’un colloque organisé par le technopole Alimentec le 29 juin prochain à Bourg-en-Bresse (Ain).

 

Applications potentielles. Les travaux des scientifiques impliqués dans ce programme visaient à créer, à partir de ressources d’origine végétale, en l’occurrence de la farine de maïs, un matériau d’emballage rigide doté de propriétés actives pour la conservation des aliments. Ce projet de recherche applicative, conduit entre 2007 et 2011, avait été déposé par le pôle de compétitivité Plastipolis et porté par la société Plastique RG. L’objectif de cette rencontre est de présenter aux industriels de l’emballage, de la plasturgie et de l’agroalimentaire les différentes applications potentielles de ce matériau au coût attractif et à l’impact environnemental faible.

 

Pré-matériau. Le matériau obtenu offre des propriétés intéressantes pour la conservation des aliments, indique Alimentec. Ainsi, la densité de la matière obtenue permet de faire barrière à l’oxygène. Issue de carbone renouvelable, elle est entièrement biodégradable. Son coût de fabrication est deux fois moins élevé que pour un polymère d’origine fossile. Sa composition à base de polymères naturels est adaptée à l’introduction de substances naturelles actives conférant des propriétés antimicrobiennes. Sa sensibilité à l’eau limite l’utilisation du matériau pur en contact avec les aliments secs. En revanche, il sera utilisé pour la conservation de tous types d’aliments, soit en couche externe, en tant que barrière à l'oxygène, soit en mélange avec des polymères de synthèse pour la fabrication d’emballages actifs. Ce pré-matériau a vocation à être commercialisé auprès des plasturgistes qui pourront l’intégrer dans leur formulation, leur permettant ainsi de créer des polymères hybrides associant les qualités respectives des substances naturelles et fossiles. Les travaux de recherche Emabio ont été conduits sous la direction de l’INRA par Patrice Dole, avec la collaboration de Plastiques RG, Rovip, MPR Polymers puis JM Polymères, Clextral, Ceregrain Distribution, le Centre technique de la conservation des produits agricoles (CTCPA), le Pôle européen de la Plasturgie, l’université Claude-Bernard Lyon 1 (Laboratoire de recherche en Génie industriel agroalimentaire puis Biodymia depuis le 1er janvier 2011, UMR « fractionnement des agro-ressources et emballage – FARE », l’INRA Reims et du Syndicat mixte du technopole Alimentec.


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus