L'idée des logos nutritionnels fait son chemin

Le 23 juin 2014 par Henri Saporta
* Mots clés :  Réglementation

Partagez l’info :

envoyer à un ami


Marisol Touraine s'est prononcée en faveur d'un étiquetage nutritionnel facile à comprendre. -

Un système de "logos" sur les aliments industriels avec différentes couleurs en fonction de leur qualité nutritionnelle pourrait orienter à l'avenir les consommateurs dans leur choix, notamment pour lutter contre l'obésité, a indiqué, le jeudi 19 juin, la ministre de la Santé, Marisol Touraine. "Je suis en faveur d'un logo permettant de rendre compréhensible une information nécessaire sur la qualité nutritionnelle des produits alimentaires industriels", a-t-elle déclaré lors de la présentation des grandes lignes de la future "loi de santé" attendue pour début 2015. La ministre souhaite un système uniforme qui pourrait prendre la forme d'un code avec des couleurs différentes pour aider les consommateurs à se repérer entre les divers produits de l'industrie agroalimentaire et mieux évaluer leurs qualités nutritionnelles. Il s'agit de rendre compréhensible l'information sur la qualité nutritionnelle figurant sur les paquets de produits car aujourd'hui, celle-ci n'est pas uniformisée, manque de clarté et elle est généralement écrite en tout petit sur l'emballage. À l'étranger des systèmes utilisant les couleurs existent déjà avec, par exemple, au Royaume-Uni des feux tricolores ou un code couleurs avec cinq nuances différentes.

 

Pétition

Lancée à la mi-mai par des sociétés savantes médicales, des associations de consommateurs et des patients, une "pétition citoyenne" propose un système de logos simples sur les emballages afin d'éviter de manger "trop gras, trop salé, trop sucré". Elle suggère un étiquetage décliné en 5 classes avec des couleurs (du vert au rouge) et des lettres allant de A à E, le A vert étant la meilleure note et le E rouge la moins bonne. Mais une telle mesure se heurterait à la résistance de lobbies de l'industrie agroalimentaire. Marisol Touraine a assuré, jeudi, que l'industrie n'était pas contre un tel système. "De nombreuses marques m'ont fait part de leur intérêt pour une telle démarche. Il nous faut faire aboutir la réflexion sur ce qui serait le bon outil, le bon logo", a-t-elle indiqué. Les industriels de l'agroalimentaire, réunis au sein de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), ont réagi jeudi en reconnaissant "qu'il est nécessaire de mieux informer le consommateur sur son alimentation" mais en réitérant leur "ferme opposition à la mise en place de tout dispositif simpliste et partiel visant à discriminer les produits par une couleur ou une note".

 

Diabésité

L'Ania "souhaite poursuivre son engagement aux côtés des pouvoirs publics, en plaçant l'intérêt et le libre arbitre du consommateur au cœur de la réflexion", a encore insisté l'association professionnelle. La ministre s'est parallèlement déclarée favorable à la mise en place d'un "parcours éducatif de santé" pour permettre "à tous les enfants, de la maternelle au lycée, d'acquérir des connaissances en santé et d'adopter des bons réflexes". Marisol Touraine a souligné qu'en classe de CM2, les enfants d'ouvriers étaient dix fois plus touchés par l'obésité que les enfants de cadres. Il s'agit là des futures victimes de la "diabésité", terme qui désigne l'épidémie silencieuse d'obésité qui débouche souvent sur le diabète.


Recherches liées

logos

Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus