L'aspartame fait réagir l'Ania

Le 14 janvier 2011 par Henri Saporta
* Mots clés :  Boissons, BPA

Partagez l’info :

envoyer à un ami


SéCURITé SANITAIRE  Jean-René Buisson dénonce la multiplication des polémiques. -

Au lendemain de la publication d'études mettant en cause l'aspartame dont notamment le Réseau Environnement Santé (RES) s'est fait l'écho, Jean-René Buisson, président de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), a vivement réagi le 13 janvier. Découvert en 1965, l'aspartame est autorisé en France depuis 1988 et son utilisation a été harmonisée en Europe en 1994.  Cet édulcorant de synthèse remplace le sucre dans de nombreuses boissons, bonbons, desserts dits "light", certains produits pharmaceutiques, notamment des sirops et antibiotiques pour enfants. L'aspartame est "l'un des produits qui a été le plus étudié. (…) A chaque fois les études réalisées par les autorités américaines, européennes, françaises ont constaté l'innocuité de ce produit. Il faut quand même faire confiance à ces organismes".  Faisant allusion aux alertes récurrentes sur le bisphénol A (BPA), "une fois, c'est la viande, une fois c'est l'aspartame, une fois c'est le bisphénol. Il faut que l'on arrête sinon demain, plus aucun produit ne sera consommable", a ajouté Jean-René Buisson qui, a souhaité pousser "un coup de gueule".


Recherches liées

aspartame
ania

Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus