Des propositions chocs pour mieux manger

Le 29 janvier 2014 par Arnaud Jadoul

Partagez l’info :

envoyer à un ami


Dans un rapport, le Pr Serge Hercberg recommande notamment un système unique et simple de logo et de couleurs sur la face avant des emballages des aliments. -

Interdiction de publicité à la télévision dans la journée (7h - 22h) et de toute publicité pour les compléments alimentaires y compris sur le net, taxes et subventions selon la qualité nutritionnelle des aliments, autant de recommandations d'un rapport remis mardi à la ministre de la Santé par le professeur Serge Hercberg, spécialiste de la nutrition (Inserm). Ses préconisations concernent aussi l’emballage. Un système unique et simple de logo et de couleurs sur la face avant des emballages des aliments, sur les rayons (fruits et légumes) ou dans les magasins (pain...), devrait permettre aux consommateurs - notamment les plus défavorisés - de s'y retrouver facilement pour mieux équilibrer leur alimentation.

 

Restauration collective

Cet affichage devrait être également obligatoire sur tout plat servi dans les chaînes de restaurations collectives type fast-food ainsi que dans les publicités - tous supports - faisant référence à l'aliment ou au plat. Schématiquement, il s'agit d'établir un score nutritionnel global, du moins favorable au plus favorable, par exemple le muesli nature, les fruits et légumes ou le pain complet bénéficieraient d'une réduction de TVA. En revanche, les chips les plus grasses et les plus salées, les pâtes à tartiner auraient une taxe plus élevée. "Toute amélioration que ferait l'industrie réduirait la taxe", déclare Serge Hercberg.

 

Faisable

Parmi les quinze mesures recommandées, se trouvent aussi "l'interdiction de certaines promotions en volume par exemple de boissons sucrées" ainsi que l'interdiction totale de publicité (TV, radio, presse écrite, internet) pour des produits de régime amaigrissants, qu'il s'agisse de suppléments/compléments, livres, méthodes..., ou encore la distribution de coupons fruits et légumes (non échangeables). Le Pr Hercberg est conscient des obstacles que vont rencontrer ses propositions. Mais "c'est faisable", assure-t-il, en soulignant que les mesures incitatives et les chartes d'engagement des industriels de l'agro-alimentaire ont montré leur limites. Le rapport est intitulé "Propositions pour un nouvel élan de la politique nutritionnelle française de santé publique dans le cadre de la stratégie nationale de santé".

(Avec AFP)


Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus