Les vols dans les magasins en hausse

Le 19 octobre 2011 par Arnaud Jadoul
* Mots clés :  Tous secteurs, Distribution

Partagez l’info :

envoyer à un ami


La démarque inconnue a coûté 4,9 milliards d’euros à la distribution. -

Les vols en magasins sont repartis à la hausse en France entre la mi-2010 et la mi-2011, progressant de 2,9% en valeur, selon le Baromètre mondial du vol dans le commerce et la distribution, qui pointe une « professionnalisation » du vol à l'étalage. L'étude, réalisée dans 43 pays par le Centre de recherche dans la distribution (Center for Retail Research, basé en Angleterre) auprès de 1 187 groupes, pour Checkpoint Systems, l’un des leaders mondiaux des solutions de sécurité pour le commerce, mesure la « démarque inconnue », c'est-à-dire la différence entre les stocks théoriques et réels, qui résulte de vols, mais aussi d'erreurs administratives ou des fournisseurs.

 

Clients. En France, la facture pour les distributeurs a retrouvé le niveau atteint deux ans plus tôt, 4,9 milliards d'euros, ou 1,4% du chiffre d'affaires, contre 4,7 milliards d'euros ou 1,36% des ventes il y a un an. « Ce qui place la France au troisième rang européen, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne. » L'équivalent, selon l'étude, d'un impôt annuel de 200 euros par foyer. Les distributeurs estiment que les vols sont commis à 44% par les clients, à 30,1% par le personnel et à 7,2% par les fournisseurs.

 

Professionnalisation. En Europe, le montant moyen volé par les voleurs à l’étalage s’élève à 93,85 euros, ce qui représente une baisse de 17,5% par rapport à 2010. Principale raison invoquée pour expliquer cette évolution : « une professionnalisation du vol ressentie par les distributeurs ». « Des voleurs mieux renseignés et préparés déjouent plus facilement les dispositifs de sécurité traditionnels et ceux qui se font interpeller sont plutôt les voleurs occasionnels, avec des montants moins élevés », a expliqué à l'AFP Cédric Brossard, directeur marketing pour la division textile Europe de Checkpoint Systems. Les articles les plus fréquemment volés restent des produits onéreux ou de marques connues, de petite taille pour la plupart d’entre eux, facilement dissimulables et revendables : des accessoires de mode, des produits alimentaires haut de gamme (fromage, plats cuisinés), des spiritueux, des articles de santé/beauté (produits de rasage, parfums), ou encore des produits technologiques (lecteurs MP3, smartphones).

 

Investissements. En Europe, la hausse de la démarque inconnue est intervenue malgré une progression de près de 2%, à 8,45 milliards d'euros, des dépenses en matière de sécurité et de prévention des pertes, soit 0,30% du chiffre d'affaires des distributeurs (1,37 milliard en France, soit 0,32% du chiffre d’affaires). « Ceux qui ont limité le vol ou réussi à le faire baisser ont mis en place une multitude des solutions, il n'y a malheureusement pas une solution miracle », a indiqué M. Brossard.

(Avec AFP)


Recherches liées

vols
magasins
hausse

Effectuer une autre recherche




À la une

A suivre dans l'actualité

Automatismes Codage Composants Conditionnement primaire

Sites du groupe

Usine Nouvelle LSA L'Echo Touristique Emballages Magazine

 Publicité  Pour nous contacter  Condition générales d’utilisation  RSS  GISI Recrute

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus