Total primé aux Responsible Care Awards aux côtés d'AkzoNobel et Solvay

Le 30 octobre 2017 par Julien Cottineau

Les prix Responsible Care du Cefic ont été décernés le 27 octobre à Vienne, Autriche, au cours de l'assemblée générale annuelle de la fédération européenne. AkzoNobel, Solvay et Total ont été récompensés pour cette édition 2017. Le chimiste néerlandais a été couronné du prix Environnement pour ses efforts de réduction de son empreinte environnementale. Des efforts qui sont menés sur de multiples fronts et en partenariat avec des industriels et des institutions. AkzoNobel forme ainsi des consortia pour trouver et accélérer des solutions. Le groupe s'est notamment fixé l'objectif de n'utiliser que des énergies renouvelables pour ses productions à partir de 2050. L'an dernier, il en était à 40%.

Solvay de son côté a reçu le prix spécial pour son système de management de la sécurité, de l'environnement et de la santé. Initié en 2014 et baptisé Solvay Care Management System (SCMS), ce système interne permet de couvrir sept « aires de risques », allant de la gesion de produits au transport, de l'hygiène industrielle à la santé au travail, de la sécurité au poste de travail à l'environnement jusqu'à la sécurité des procédés. Le système englobe les meilleurs standards internationaux.

Enfin, un projet français, ce qui n'est pas courant, a été primé. Total a reçu le prix Sécurité et santé au poste de travail pour une innovation maison. Le projet est issu des travaux de trois employés des équipes HSE des plateformes de La Mède (Bouches-du-Rhône) et de Feizyn (Rhône). Ils sont partis du constat que plus de 22 000 chutes en hauteur par an survenaient dans l'industrie du raffinage et de la pétrochimie, notamment au cours des opérations de maintenance. Pour prendre en charge les victimes, chutant dans des espaces le plus souvent confinés comme des fours, des réacteurs ou des colonnes, les équipes de secours mettent une moyenne de 30 minutes pour intervenir et installer le matériel avant de pouvoir porter secours. Les trois employés de Total, dont Nicolas Le Vern, chef de quart sécurité Total Refining & Chemicals, ont mis au point une sorte de potence mobile. Un équipement d'une trentaine de kilos, soit deux fois moins que les équipements standards d'intervention, qui peut s'accrocher facilement à n'importe quel « trou d'homme » (accès dans les équipements) et qui permet d'installer un treuil pour porter secours. Le tout en l'espace de 4 minutes seulement ! Le dispositif a été baptisé « NOP Bracket », NOP étant les initiales des trois inventeurs (Nicolas, Olivier, Patrice). Cet équipement innovant avait été primé déjà en interne par les équipes de Total, et est fabriqué désormais par un tiers pour n'importe quel autre client industriel.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS