Sasol, en forme, progresse sur ses projets américains

Le 01 septembre 2017 par Julien Cottineau
* Mots clés :  , ,

Le géant pétrochimique sud-africain a rapporté des volumes de ventes en hausse et une rentabilité légèrement accrue pour ses activités chimiques sur l'exercice 2016-2017, même s'il a pâti de prix encore bas. Sasol avance par ailleurs sur ses deux projets pétrochimiques aux États-Unis

Sasol semble satisfait. Fin août, le géant pétrochimique sud-africain a publié le bilan de son exercice annuel 2016-2017, clos le 30 juin. Le groupe s'est félicité d'une performance solide et résiliente dans un environnement macroéconomique délicat, pâtissant encore de prix encore trop faibles pour les commodités chimiques. Sa division Base Chemicals a enregistré une hausse de ses ventes de 3 % en volume (voir graphique) et de 2 % en valeur, à 35,75 milliards de rands (2,3 Mrds €). Le profit opérationnel de la division s'est apprécié de 5 %, à 5,6 Mrds ZAR. La hausse des volumes a été toutefois moindre qu'envisagée, en raison d'opérations de maintenance plus longues que prévues pour des unités de chlorovinyliques et de propylène, et également à cause d'un incendie dans un entrepôt d'un tiers.

Sa division Performance Chemicals a vu ses ventes progresser de 2 % en volume. Ce qui est un peu au-dessus des prévisions et résulte d'une demande plus forte et d'une plus grande fiabilité des unités de production. En revanche le chiffre d'affaires accuse un repli de 5 %, à 69,89 Mrds ZAR (4,5 Mrds €), et le profit opérationnel affiche une contraction de 11 % (voir graphique). La faiblesse des prix est évoquée comme principale cause de ces deux revers.

 

Sasol en marche aux États-Unis

 

Pour l'exercice 2017-2018, Sasol s'attend à un environnement économique hautement volatil et incertain. La division Performance Chemicals devrait toutefois voir ses ventes croître de 2 à 3 %, et bénéficier de marges résilientes. Celle des Base Chemicals pourrait afficher des hausses de volumes de 3 % à 5 % grâce à une amélioration attendue des prix et de meilleures performances espérées pour les unités sud-africaines. Par ailleurs, Sasol compte sur une hausse des volumes allant de 80 000 à 110 000 tonnes pour le second semestre en raison du démarrage de son usine américaine de polyéthylène haute densité (HDPE) bimodal.

Car Sasol est en marche sur le sol américain, et plutôt deux fois qu'une. D'une part avec la construction de cette usine de HDPE, en coentreprise à parts égales avec Ineos Olefins and Polymers USA, sur le complexe de Battleground (Ineos) à La Porte au Texas. La mise en service de l'usine est prévue pour le 4e trimestre 2017. Avec des capacités de 470 000 t/an, elle se posera comme la plus grande de HDPE bimodal aux États-Unis, et devrait bénéficier de conditions favorables grâce à des coûts avantageux de matières premières et à une forte demande en polyéthylène. Deuxièmement, Sasol progresse sur son complexe pétrochimique de Lake Charles, en Louisiane. Au 30 juin, le groupe avait déjà investi 7,5 Mrds $ dans ce projet qui nécessitera 11 Mrds $ au total depuis que les coûts ont été revus à la hausse l'an dernier (CPH n°770). La construction du complexe, bâti autour d'un vapocraqueur sur base éthane de 1,5 Mt/an, est finalisée à 74 %, assure le groupe.

 


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS