Roquette se rêve en géant vert

Le 08 décembre 2008 par Julien Cottineau
* Mots clés : 

La 4e génération de la famille Roquette éclot à l'abri de la tempête boursière. En 75 ans, le groupe familial spécialiste de l'amidon et des agroressources a tracé son sillon sans recourir aux marchés. Ce qui ne l'empêche pas de se montrer ambitieux et de parier gros sur la chimie verte, pour laquelle Roquette recense trois programmes distincts. Avec 50 % de sa production destinés à la nutrition humaine, le numéro 4 mondial de l'amidon et leader du marché des polyols mise sur la branche de la nutrition et de la santé. Sa division dédiée, Nutrahub, s'est ainsi dotée de la filière Algohub. De laquelle a découlé le projet européen du même nom, lancé cet automne au sein d'un consortium mené par Roquette avec 14 partenaires, privés (Pierre Fabre, Bonduelle) et des organismes publics comme l'Institut Pasteur ou l'Inra. Ce programme au budget de 28,4 millions d'euros, dont 9,7 M€ d'aides publiques (Oséo), s'appuie sur l'acquisition en janvier dernier de la société allemande PBS, qui cultive des microalgues à des fins alimentaires et détient surtout le plus grand photobioréacteur du monde. Si la culture de microalgues a l'avantage d'afficher un « rendement trente fois supérieur à l'agriculture traditionnelle, elle ne coûte pas moins cher », note toutefois Marc Roquette, le président du groupe. Une dépense qui serait contrebalancée par la haute valeur ajoutée dont bénéficieraient les produits dérivés. Selon Marie-Hélène Sanier, directrice de Nutrahub, « les microalgues disposent de taux de protéines plus élevés que les végétaux terrestres et sont très riches en antioxydants et en oméga 3. Elles revêtent donc un intérêt certain pour les compléments alimentaires humains mais aussi animaux, comme dans l'aquaculture ». Roquette envisage de pouvoir démarrer d'ici à deux ans l'exploitation commerciale de produits issus de l'Algohub. Toujours avec l'aide d'Oséo, qui finance à 50 % un budget de 90 M€, et aux côtés de partenaires comme DSM ou Arkema, Roquette s'est lancé depuis deux ans dans le programme Biohub. À partir d'amidon bioraffiné, et à l'aide de procédés biotechnologiques et chimiques, la société entend développer des bioproduits (biosolvants pour peinture, bioplastifiants du PVC, biofluxuants routiers…). Roquette a déjà démarré des unités pilotes, notamment à partir d'isosorbide, un dérivé du glucose. Enfin, Gaïahub, le troisième programme, vise à développer une chimie de fonctionnalisation de polymères végétaux, comme les protéines ou les amidons, pour obtenir des formulations destinées à des matériaux bioplastiques. Lesquels se substitueraient ainsi à des polymères pétroliers. D'après le groupe, les premières phases industrielles de Biohub et de Gaïahub pourraient démarrer d'ici un à trois ans. Comme l'affirme Marc Roquette, « nous sommes très optimistes sur les développements de la végétochimie ». Autre credo du groupe, l'expansion vers l'Asie. Installé depuis 2001 en Chine, depuis 2002 au Japon et depuis 2006 en Inde, Roquette n'a cessé d'étendre sa présence sur le continent. Si celui-ci ne compte que pour 7% de son chiffre d'affaires total (2,5 Mrds € en 2007), Marc Roquette prévoit « un fort développement des ventes en Asie dans les années à venir ». Fidèle à ses racines familiales, Roquette ne compte pas déserter le Nord–Pas-de-Calais, et continue d'investir dans sa plus grande usine au monde, à Lestrem. A Lestrem, Julien Cottineau


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS