Perturbateurs endocriniens: des pesticides ciblés par le gouvernement

Le 24 juillet 2017 par J.C.
Pixabay
Pixabay

Deux listes de produits pesticides actuellement sur le marché français et susceptibles de contenir des perturbateurs endocriniens ont été publiées, le 13 juillet, sur les sites Internet des ministères de la Transition écologique et de l'Agriculture. La première liste se concentre sur les biocides et regroupe environ 950 produits de protection du bois, insecticides, d'hygiène vétérinaire, ou encore d'algicides. La seconde dénombre près de 600 produits phytosanitaires (insecticides, fongicides, herbicides et répulsifs). Ces publications se font « conformément aux engagements » que le gouvernement avait pris le 4 juillet, à la suite du dévoilement des critères d'identification des perturbateurs endocriniens par la Commission européenne (CPH n°808).

 

L'ire de l'UIPP

 

Ces publications n'ont pas manqué de faire réagir l'Union des industriels de la protection des plantes (UIPP) qui dénonce une incohérence entre les engagements présidentiels et la « communication précipitée de certains ministères ». « En publiant ces deux listes avant même que le texte qui définit les nouveaux critères perturbateurs endocriniens (PE) n'ait été voté par les États membres, le gouvernement ne respecte pas le processus de décision européen en cours sur les PE », selon les industriels qui soulignent que ces critères n'ont pas encore été validés ni par le Parlement ni par le Conseil de l'UE. Regrettant que le gouvernement semble vouloir aller plus loin en termes de réglementation que ce qui existe au sein de l'UE contrairement à ce qu'il avait promis, l'UIPP fustige de plus un manque de rigueur scientifique dans le dossier. « La liste sur laquelle semblent s'être basés les ministres est celle publiée par la Commission européenne lors de l'étude d'impact conduite en 2016. Les critères retenus dans ce travail ne sont plus les mêmes que ceux de la nouvelle définition. Il s'agissait, comme le soulignait alors la Commission, d'un travail préliminaire et superficiel qui n'a rien à voir avec les évaluations scientifiques nécessaires attendues par nos concitoyens », indique l'UIPP.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS