L’article que vous souhaitez consulter est réservé
aux abonnés de Info Chimie Magazine

Le 01 août 2015 à 00h 00 par À Saint-Beauzire, Sylvie Latieule

* Mots clés :  ,

Metabolic Explorer met le cap sur la 2G

Extrait : « Dans les deux ans à venir, un de nos projets devra être industrialisé. C'est un temps réaliste, mais vital pour notre société », estime Benjamin Gonzalez, président-fondateur de la société Metabolic Explorer (Metex). Mais qui de la L-méthionine, du 1,2-propanediol (monopropylène glycol ou MPG) ou du 1,3 propanediol (PDO) figurera en tête de liste ? Ce sont les trois molécules sur lesquelles la société a choisi de miser, en travaillant sur le développement de procédés de production à partir de matière végétale de première ou de deuxième générations. Pionnière en France des sociétés de biotechnologie industrielle s'appuyant sur la biologie de synthèse, Metex a débuté ses activités en 1999 dans la banlieue de Clermont-Ferrand, réussissant à lever, en quatre phases, un total de 73 millions d'euros. La société explorait au départ le potentiel de 5 molécules avant de se recentrer sur ses trois projets les plus prometteurs. Elle a certes connu des déconvenues avec l'abandon de son projet d'industrialisation du PDO en Malaisie, avec un partenaire local, ou le changement de cap de Roquette, ex-partenaire, qui a renoncé à industrialiser son procédé de production de L-méthionine par voie biosourcée. Mais aujourd'hui, tout cela appartient au passé. La société est en train de rebondir (de même que son cours de Bourse !), puisqu'elle est en lice pour devenir l'un des premiers acteurs français des biotechnologies blanches à passer au stade industriel. « C'est ce qui manque le plus au secteur », confie Benjamin Gonzalez, qui estime que les premiers succès industriels de fabrication de produits chimiques par voie biologique en entraîneront beaucoup d'autres. La société s'est relevée d'une période difficile grâce à ses points forts. Tout d'abord, de solides compétences en biologie de synthèse. Entièrement internalisées ! La société dispose d'un laboratoire de développement employant 26 techniciens, ingénieurs et docteurs où elle pratique des modifications génétiques de bactéries, qui...

comment lire l'article complet ?

Vous devez etre abonne a Info Chimie Magazine

Saisissez vos codes d'accès :



Abonnement 1 an

5 numéros + accès aux articles en ligne
+ Le spécial usines chimiques
+ Le guide des Achats de la Chimie, Parachimie et Pharmacie.

Je m’abonne

Article extrait d'Info Chimie Magazine

La seule publication professionnelle exclusivement consacrée à l'industrie chimique et à ses fournisseurs

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS