« Les équipements vont devenir plus intelligents »

Le 01 juin 2015 par Propos recueillis par Sylvie Latieule

Événement pour les professionnels des industries de process, le salon Achema ouvre ses porte du 15 au 19 mai à Francfort. Lieu d'exposition unique pour tous les équipementiers de la chimie, il promet d'être le reflet des plus récents développements technologiques. Détails avec le Dr Thomas Scheuring, directeur général de Dechema.

InfoChimie magazine : Le salon Achema va ouvrir ses portes à la mi-juin, comment se présente cette édition en termes de fréquentation, alors que la croissance de la chimie européenne est un peu atone ?

Thomas Scheuring : Nous sommes actuellement confrontés à une situation économique, qui d'un point de vue mondial, est assez hétérogène. Néanmoins - et ce n'est pas nouveau, mais correspond à notre expérience des événements précédents - nous constatons que le nombre des réservations des exposants reste le même, avec une forte croissance même à présent, deux mois avant l'ouverture de l'Achema 2015. Les chiffres définitifs seront assez proches de ceux que nous avions il y a trois ans, ce qui signifie près de 3 700 exposants et près de 170 000 visiteurs de plus de 100 pays. Et pour la première fois dans notre histoire vieille de 95 ans, Achema dépassera la barrière magique de plus de 50 % d'exposants étrangers.

 

Au niveau de l'exposition, y a t-il une évolution dans l'offre technologique ou au niveau de la nationalité des entreprises exposantes ?

T.S. : Sans évolution, tout salon professionnel perdrait sa raison d'être - ce n'est donc pas étonnant que l'Achema est le théâtre de plusieurs évolutions : en termes de technologie, de réseautage, de produits nouveaux, et aussi de nouveaux acteurs qui entrent sur le marché. La Chine et l'Italie sont, à un cheveu près, à la deuxième place du pays exposant le plus important après l'Allemagne. L'industrie des procédés aux US opère un remarquable retour en force que nous pouvons également constater à Achema. Et des pays comme Taiwan, la Turquie ou l'Inde ne sont pas en reste. La France non plus d'ailleurs, avec un groupe de participation non négligeable, probablement dû en grande partie aux efforts combinés de Business France (connu précédemment comme UbiFrance) et de notre fantastique représentante régionale (NDLR Vickie Nicolaou).

 

Y a-t-il des nouveautés dans l'organisation du salon, avec notamment de nouveaux halls ou la montée en puissance de nouvelles technologies ?

T.S. : Le grand mot à la mode dans la fabrication est « industrie 4.0 », et nous sommes d'avis que cette tendance va également influencer l'industrie des procédés. En quelques mots : les produits vont devenir plus intelligents, et des équipements comme les pompes, les mélangeurs, les vannes etc. deviendront aussi plus intelligents, et tous communiqueront entre eux. Voilà qui peut révolutionner notre industrie, et nous verrons quelles en sont les premières étapes à l'occasion de cette édition Achema. Pour cela, il faut évidemment une technologie analytique des procédés fiable et efficace, ce n'est donc pas un hasard si nous avons choisi la PAT (technologie analytique des processus) comme l'un de nos trois sujets phares de cette année. Les autres sujets sont le monde biobasé, notre point de rencontre pour la bioéconomie et la technologie du traitement de l'eau.

 

Déjà en 2012, on avait pu observer un développement de la partie pharmaceutique, est-ce que cela va se confirmer ?

T.S. : Nous avons en effet été surpris par la demande massive d'espaces d'exposition dans le groupe de technologie pharmaceutique, pour lequel nous avons non seulement dû louer un hall supplémentaire, mais encore construire un pavillon extérieur, sans même pouvoir répondre à toutes les demandes ce qui signifie que certaines ont dû être mises sur liste d'attente.

 

Quelle place est donnée à la biotechnologie et à la chimie biosourcée qui font beaucoup parler d'elles ?

T.S. : La biotechnologie classique reste un de nos sujets transversaux, puisque la technologie pour les applications biotechniques se retrouve dans nos onze groupes d'exposition, depuis l'ingénierie en passant par les procédés thermiques pour finir dans le secteur des laboratoires. L'importance grandissante de la chaîne de valeur biobasée est manifeste dans le sujet phare « un monde biobasé ». Nous avons déjà traité ce sujet lors de l' Achema précédent, il y a trois ans, et l'idée maîtresse est de faire de ce sujet un relais et un point de rencontre pour la bioéconomie.

 

Que pouvez-vous dire au niveau des cycles de conférences ? Y a-t-il un sujet fédérateur qui servira de fil rouge tout au long de la semaine ?

T.S. : Le congrès parallèle au salon reflète la diversité des thèmes d' Achema, et donc de l'industrie des procédés en général, c'est donc difficile de définir un sujet qui recoupe tout. Cette fois ci, nous avons essayé d'organiser un congrès plus compact, avec moins de sessions traitant des sujets reliés entre eux en même temps, afin d'éviter la compétition entre les sessions individuelles. Et nous avons présenté notre « Praxis Forum » comme un format de conférence nouveau, plus pragmatique. À cette édition Achema 2015, nous convions plus que jamais des sociétés partenaires les plus diversifiées et du monde entier à organiser des événements.

 

Comment sont mis en valeur la recherche et le développement ?

T.S. : Bien que pas très grand, le groupe de recherche et d'innovation du hall 9.2 a toujours été un catalyseur de foules. Nous soutenons la présence des universités, qui très souvent n'ont pas les moyens de participer à des salons professionnels en sponsorisant la construction de leurs stands, et les réactions par rapport à cette initiative sont toujours très positives.

 

Est-ce que cette périodicité triennale va se poursuivre ?

T.S. : Nous restons définitivement attachés à ce cycle - a fortiori depuis que nous avons mené une enquête auprès de nos exposants et que nous leur avons posé la question à laquelle la réponse était unanime. Nous sommes tout simplement convaincus que ce cycle de trois ans correspond parfaitement au cycle d'innovation de notre industrie.

 

Quels sont les autres rendez-vous Achema, entre deux éditions allemandes ?

T.S. : Outre l'Achemasia en Chine, qui est d'ores et déjà bien établi et a lieu à Pékin, l'année qui suit le salon Achema, nous sommes en train d'organiser un événement appelé « le monde bio-basé ». J'imagine que le titre est éloquent... et la première édition est planifiée pour février 2017 à Cologne, ce qui nous permet de nous rapprocher des marchés du Bénélux et de la France.

ACHEMA EN BREF

Achema est le forum mondial pour l'ingénierie chimique, l'ingénierie des procédés et la biotechnologie. Tous les trois ans, le plus grand salon mondial de l'industrie des procédés attire près de 4 000 exposants de près de 50 pays différents qui présentent leurs nouveaux produits, procédés et services à des professionnels du monde entier. L'exhaustivité de l'événement, depuis les équipements de laboratoire, les pompes et les équipements d'analyse aux machines de conditionnement, les chaudières et les mélangeurs, en passant par la technologie, les matériaux et les logiciels en rapport avec la sécurité, couvre ainsi toute l'étendue des besoins des industries de production chimique, pharmaceutique et alimentaire. Le Congrès organisé en parallèle propose près de 800 conférences scientifiques ainsi que de nombreux événements, invités et partenaires, complétant ainsi l'éventail très étendu des thèmes de l'exposition. Le prochain salon Achema aura lieu du 15 au 19 juin 2015 à Francfort. Plus de détails sur http://www.achema.de


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche

Article extrait d'Info Chimie Magazine

La seule publication professionnelle exclusivement consacrée à l'industrie chimique et à ses fournisseurs

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS