Lanxess axé sur sa profitabilité

Le 11 septembre 2017 par J.C.

Il est question d'accélérer la profitabilité chez Lanxess. Le groupe allemand a annoncé quelques objectifs et détaillé quelques moyens pour y parvenir. Revigoré en 2016 grâce à des performances financières et opérationnelles améliorées (CPH n°794), Lanxess veut poursuivre sur sa lancée. Il vise une marge d'Ebitda avant exceptionnels comprise entre 14 % et 18 % à partir de 2021, contre 12,9 % en 2016. Pour ce faire, il compte concentrer son portefeuille sur les activités qui peuvent décrocher des places de leader mondial et générer durablement des marges performantes, tout en étant moins soumises à la volatilité des marchés. En termes de marchés, justement, le groupe veut être plus présent en Asie et en Amérique du Nord, et plus actif sur des segments applicatifs jugés attractifs, comme les spécialités pour l'électronique ou l'énergie.

Alors que Lanxess prévoit d'investir environ 400 millions d'euros entre 2016 et 2020 pour sa croissance organique, il souhaite que les nouveaux projets atteignent un taux de rendement des capitaux employés (ROCE) de l'ordre de 20 % en moyenne. Une cible ambitieuse puisqu'en 2016 le ROCE atteignait seulement 6,9 %. Enfin, Lanxess s'oriente de plus en plus vers la digitalisation. Le groupe a mis sur pied une structure spécifique mondiale composée d'une trentaine d'experts de la digitalisation pour mieux préparer le groupe à ce sujet et mieux le transformer.

 

Synergies en cours avec Chemtura

 

Lanxess a par ailleurs fait un point d'étape sur l'intégration de Chemtura, la plus grande acquisition de son histoire (2,4 milliards d'euros, CPH n°775). Un quart des synergies entrevues lors de l'acquisition devrait être concrétisé cette année, soit environ 25 M€. L'objectif demeure à un seuil de 100 M€ par an à l'horizon 2020. Lanxess explique que la moitié des synergies interviendront via la production et les approvisionnements. Les coûts en matières premières, de l'ordre de 2,5 Mrds € par an, devraient pouvoir être réduits notamment par l'harmonisation de contrats Lanxess et Chemtura et par une meilleure intégration. Le groupe allemand précise par ailleurs qu'en raison des racines nord-américaines de Chemtura, de nombreuses synergies administratives, environ 30 %, sont espérées outre-Atlantique. Des implantations administratives voisines seraient regroupées, entraînant des suppressions de postes doublons. Le solde des synergies, environ 20 %, proviendra de la rationalisation des structures de marketing et de ventes.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS