Ineos Phenol choisit Marl pour son complexe

Le 14 mai 2018 par Julien Cottineau

Le pétrochimiste britannique a fixé son choix sur la plateforme de Marl en Allemagne pour y construire son complexe de cumène européen. Le projet permettra à Ineos de mieux intégrer ses usines d'acétone et de phénol en Europe.

Marl a remporté la timbale. La plateforme chimique allemande accueillera, s'il est bien confirmé, le complexe de cumène de taille mondiale d'Ineos Phenol. Le leader mondial du phénol, de l'acétone et du cumène, doté de capacités totales de plus de 4 millions de tonnes par an, estime que le Marl Chemiepark est le meilleur endroit en Europe pour ce vaste projet, annoncé il y a à peine un an (CPH n°811). Ineos a entamé une étude d'ingénerie d'avant-projet détaillé (FEED) et devrait arrêter une décision définitive avant la fin de cette année 2018 pour construire. Si le feu vert est accordé au projet, Ineos vise une mise en service dès 2020.
 

Intégrer son futur complexe de cumène et ses usines de phénol/acétone en Europe
 

L'attrait de Marl réside dans ses infrastructures logistiques, notamment avec l'accès direct au port fluvial et avec plusieurs connexions stratégiques par pipeline. Les liaisons existantes relient les usines d'Ineos à Gladbeck (Allemagne, 650 000 t/an de phénol et 400 000 t/an d'acétone), le gigantesque complexe de l'Allemand Evonik à Marl, et la raffinerie et le vapocraqueur de BP à Gelsenkirchen, en Allemagne. Ineos explique que cela devrait offrir une forme d'intégration à son futur complexe de cumène et à ses usines de phénol et acétone en Europe. Ineos sécurisera ainsi ses apports en matières premières pour ses futures productions de cumène, tout en sécurisant ses apports en cumène pour alimenter son site de Gladbeck ainsi que pour son usine de phénol à Anvers en Belgique. Laquelle, avec ses capacités 680 000 t/an, se pose comme la plus grande au monde, assure Ineos. À Marl, le groupe produit déjà un peu de cumène grâce à une unité de 260 000 t/an opérée par Ineos Styrenics pour le compte d'Ineos Phenol.
 

Le groupe n'a pas encore évoqué le montant de l'investissement pour ce projet qui nécessiterait probablement plusieurs centaines de millions d'euros. Pas un mot non plus pour l'heure sur les capacités du complexe, lesquelles seraient de taille mondiale. Ineos Phenol détient et opère aujourd'hui le plus grand complexe de cumène au monde. Il est implanté à Pasadena, au Texas (États-Unis) et dispose de capacités de 907 000 t/an. Le dernier site détenu par Ineos Phenol au monde est, lui aussi, sur le sol américain à Mobile, dans l'Alabama, et produit du phénol, disposant de capacités de 540 000 t/an.
 

Ce projet de complexe vient s'ajouter à l'ensemble des ambitions d'investissement du groupe en Europe, ces prochaines années. L'an dernier, Ineos avait indiqué se tenir prêt à investir 2 milliards d'euros sur le Vieux Continent. Ce programme se déclinait en trois volets : la construction d'un complexe de déshydrogénation de propane, probablement à Anvers, l'implantation d'un site de stockage de butane, et dans des opérations de renforcement capacitaire pour ses vapocraqueurs de Grangemouth en Écosse et de Rafnes en Norvège (CPH n°805).


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS