Chimie du végétal : Arbiom décroche une subvention européenne de 10,9 M€

Le 02 octobre 2017 par S.L.

Sylfeed, c'est le nom d'un nouveau projet qui vise à créer une nouvelle chaîne de valeur intégrée « du bois à l'alimentation ». Il est présenté comme « une solution durable aux enjeux mondiaux croissants de la production alimentaire et de nouvelles opportunités de développement économique pour les régions forestières riches en biomasse ». La technologie qui sera mise en oeuvre consistera à fractionner de la lignocellulose pour la convertir en sucre puis en matière première alimentaire riche en protéines, utilisable pour l'aquaculture, par fermentation. « Le projet Sylfeed offre une nouvelle perspective à la bio-économie : si la lignocellulose est déjà identifiée comme une solution durable pour la chimie et les carburants, elle se révèle aussi être une solution adaptée, durable et utilisable à grande échelle pour résoudre les difficultés globales que rencontre la production alimentaire, et le problème du déficit européen en protéines en particulier », indique Marc Chevrel, p-dg de Biométhodes, filiale française d'Arbiom. Le chef de file est la société américaine Arbiom. Ses partenaires se nomment Laxa, Matis, Norske Skog Golbey, Ostfoldforskning, Prayon, RISE Processum et Skretting (à travers son unité de R&D Skretting Aquaculture Center). Ensemble, ils ont décroché un financement de BBI-JU de 10,9 millions d'euros, dont environ 8,5 M€ pour Arbiom, dans le cadre du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'UE. Il servira notamment à la construction d'une usine de démonstration d'Arbiom sur le site de Norske Skog à Golbey, dans les Vosges. Aujourd'hui, on parle de la construction d'un démonstrateur industriel de 5 000 t/an de matière végétale, pour un procédé déjà développé à l'échelle pilote.

Nouvelle étape pour Norske Skog Golbey et Arbiom

À noter qu'Arbiom et Norske Skog Golbey sont déjà partenaires depuis novembre 2015, dans le cadre du projet de bioraffinerie Bioskog qui a reçu le soutien de la région Grand Est et du fonds européen Feder. Il s'agit de construire sur le site vosgien des installations d'une capacité de transformation d'au moins 40 000 t/an de biomasse forestière, pour un investissement global de 50 millions d'euros. « Le projet Sylfeed se place dans la continuité de la collaboration entre Norske Skog Golbey et Arbiom. Il permet à la fois d'ouvrir la biomasse forestière à de nouveaux débouchés et de franchir la dernière étape avant la concrétisation de la construction d'une future usine à grande échelle sur le site de Golbey », a précisé Yves Bailly, p-dg de Norske Skog Golbey.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS