ADNOC et Borealis se lancent dans Borouge 4

Le 21 juillet 2017 par Julien Cottineau
Borealis / Borouge
Borealis / Borouge

Le géant des Émirats Arabes Unis et le pétrochimiste basé en Autriche vont largement augmenter la dimension des capacités industrielles de leur coentreprise Borouge. ADNOC et Borealis ont signé un accord-cadre pour construire un quatrième complexe pétrochimique aux Émirats. Lequel pourrait faire passer les capacités totales de Borouge de 4,5 à près de 10 Mt/an.

Il y a deux ans démarrait le complexe Borouge 3. Soit un site doté d'un vapocraqueur sur base éthane de 1,5 million de tonnes par an d'éthylène et de six unités de polyéthylène dont une de polyéthylène réticulé (crosslinked polyethylene ou XLPE) d'une capacité de 80 000 t/an (CPH n°677). Mais les deux partenaires voient encore plus grand. La coentreprise entre Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) à Abu Dhabi (Émirats Arabes Unis) et Borealis, basé en Autriche et détenu par l'International Petroleum Investment Company (IPIC, Abu Dhabi, 64 % du capital) et le groupe autrichien OMV (36 %), envisage de construire un quatrième complexe de polyoléfines aux Émirats. Un accord-cadre a ainsi été conclu, le 16 juillet. Le projet porte donc sur Borouge 4, ainsi que sur l'ajout de capacités de 500 000 t/an de polypropylène pour le complexe Borouge 3. Les détails du futur complexe n'ont pas été révélés mais il doublerait les capacités totales de la coentreprise ADNOC-Borealis. De 4,5 Mt/an, elles passeraient à près de 10 Mt/an. Un chiffre qui tient compte du renforcement en polypropylène de Borouge 3. Cette unité, la cinquième de ce type pour Borouge, utiliserait les surplus de propylène d'une unité de déshydrogénation de propane qu'ADNOC vient de mettre en service sur sa raffinerie de Takreer.

 

Le marché des polymères de haute performance en Asie devrait doubler d'ici à 2040

 

Le projet Borouge 4 s'articulera autour d'un vapocraqueur « mixed-feed » de taille mondiale, avec en aval des unités de dérivés, qu'il s'agisse de polyoléfines mais aussi d'autres produits chimiques. Lesquels n'ont pas encore été précisés. Ce complexe serait intégré à la raffinerie de Takreer, et pourrait être mis en service aux environs de 2023. ADNOC et Borealis vont s'atteler désormais à la phase pré-FEED (pré-ingénierie d'avant-projet détaillé). Ce projet permettra de « profiter d'opportunités de marché que nous avons identifiées, en particulier en Asie où le marché des polymères de haute performance devrait doubler d'ici à 2040 », a expliqué le Sultan Ahmed Al Jaber, ministre d'État des Émirats Arabes Unis et p-dg d'ADNOC.

Constituée en 1998, la coentreprise avec Borealis semble avoir un avenir solide après 20 ans de projets concrétisés. D'ailleurs, les deux partenaires prévoient dans cet accord-cadre une probable extension dans le temps de leur association, au-delà des 30 ans qui étaient envisagés au démarrage.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche

Article extrait de Chimie Pharma Hebdo

Chaque lundi, l'essentiel de la chimie et de la pharmacie

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS