Adisseo : « Un nouveau produit chaque année »

Le 01 juin 2015 par Propos recueillis par Sylvie Latieule
* Mots clés : 

Porté par un marché de l'alimentation animale en forte croissance, le groupe Adisseo, deuxième producteur mondial de méthionine pourrait entamer une diversification en santé animale ou alimentation humaine par croissance externe. Détails avec Jean-Marc Dublanc, président d'Adisseo.

InfoChimie magazine : Comment décrire le groupe Adisseo ?

Jean-Marc Dublanc : Adisseo est l'un des leaders mondiaux de la nutrition animale. Notre mission est d'offrir des produits et des services sur le marché des additifs et des solutions nutritionnelles avec la meilleure garantie de sécurité pour les hommes et l'environnement. Nos solutions s'adressent à des clients prémixeurs, des fabricants d'aliments pour animaux, des intégrateurs et des distributeurs. Notre premier produit est la méthionine qui génère encore les deux tiers de notre chiffre d'affaires, qui s'est établi à 1,22 Mrd d'euros en 2014.

Son marché progresse de 6 % par an en volume et ce niveau de croissance devrait se maintenir dans les années à venir. Pour tous nos produits, nous bénéficions d'une demande en forte croissance tirée par l'augmentation de la population mondiale et de la consommation de protéines animales et par l'industrialisation de cette production animale.

 

Adisseo était dans le passé une filiale de Rhône-Poulenc. Elle a été rachetée en 2006 par le groupe chinois BlueStar au fonds CVC Capital Partners auquel elle avait été cédée. Quel bilan tirez-vous de ce passage sous pavillon chinois ?

J.-M. D. : Depuis que nous sommes passés sous pavillon chinois, nous avons accéléré nos efforts de développement. Notre actionnaire chinois nous a soutenus dans la construction d'une nouvelle unité de production en Chine qui a démarré en 2013. La mise en oeuvre de ce projet était d'ailleurs l'une des raisons de notre acquisition. Mais il nous a aussi encouragés à investir en Europe. Sur les 6 dernières années, avec son support, nous avons investi un montant de 850 M€, dont la moitié en Chine et l'autre moitié en Europe, et particulièrement en France. Nous sommes un acteur dynamique de la chimie française et contribuons à son rayonnement au plan mondial.

 

Quels sont les grands produits d'Adisseo ?

J.-M. D. : Notre principal produit est la méthionine, dont Adisseo est le deuxième producteur mondial derrière le groupe allemand Evonik. Nous proposons cet acide aminé sous quatre formes différentes. Les produits Rhodimet AT88 et Rhodimet NP99 s'adressent aux volailles et aux porcs. Les méthionines protégées Smartamine et MetaSmart ont été spécialement développées pour les ruminants, en particulier pour les vaches laitières. Nous proposons également une gamme complète de vitamines avec Microvit, des enzymes avec Rovabio et une spécialité à base de sélénium, Selisseo. Sur ces gammes de produits que nous sourçons, formulons ou bien produisons, nous assurons la mise sur le marché et l'accompagnement de nos clients à travers une offre de services,

 

À quoi correspond votre offre de services ?

J.-M. D. : En dehors de la fourniture de produits, l'offre de services est capitale dans le métier de la nutrition animale. Nous proposons par exemple PNE, un service d'analyse de la qualité nutritionnelle des matières premières de nos clients, qui sont souvent du blé, du maïs ou du soja. Cela permet de déterminer la quantité optimale de compléments nutritionnels à ajouter. Nous sommes également très proches de nos clients dans la mise en oeuvre de nos produits. Pour cela, nous réalisons chaque année un nombre important d'installations de stockage, dosage et distribution de méthionine liquide. Et nous accompagnons nos clients dans l'exploitation et la maintenance de ces unités.

 

Où se situent vos sites de production ?

J.-M. D. : Nous avons une plateforme européenne qui est historique. Elle est constituée en amont par le site des Roches-de-Condrieux en Isère qui produit des intermédiaires amont et de la méthionine. Ce site alimente trois unités aval basées à Commentry (03) et à Roussillon (38) pour la production de méthionine en poudre et à Burgos en Espagne pour la production de la forme liquide. Grâce à notre actionnaire chinois, nous avons complété ce dispositif industriel par une plateforme intégrée en amont et spécialisée dans la méthionine liquide. Elle est installée à Nanjing en Chine. À terme, lorsque notre usine chinoise aura pleinement atteint ses objectifs de capacité, nous disposerons de deux plateformes de tailles similaires.

 

Vous parlez d'outil intégré en amont dans la méthionine, mais de quelles matières premières partez-vous exactement ?

J.-M. D. : Nos matières premières sont le propylène, le méthanol, le soufre, l'ammoniac et le gaz naturel. Cela signifie que nous avons la maîtrise des coûts et de la qualité de nos grands intermédiaires, en particulier du méthyl mercaptan et de l'aldéhyde méthylthiopropionique. Cette maîtrise nous offre un avantage compétitif.

 

Combien investissez-vous chaque année dans votre outil de production ?

J.-M. D. : Le montant est substantiel mais variable d'une année à l'autre car il dépend du calendrier de nos projets. Nous avons eu récemment un pic d'investissement avec la construction de notre nouvelle unité en Chine. En ce moment, nous nous consacrons à un grand arrêt de notre plateforme européenne, en lien avec un arrêt en amont de la raffinerie de Feyzin (69) qui nous approvisionne en propylène. Durant cet arrêt, Adisseo déploie des investissements visant à augmenter les capacités de production, à moderniser des unités et à réaliser des opérations de maintenance.

 

Avez-vous des projets d'extension de capacités plus significatifs ?

J.-M. D. : Le marché de la méthionine est mondial et en forte croissance en Asie, mais également dans d'autres régions du monde comme l'Amérique du Sud ou le Moyen-Orient. Pour accompagner cette croissance, nous continuons d'investir en Chine et en Europe pour augmenter la capacité de nos plateformes. Mais pour conserver notre position de numéro deux mondial, nous arriverons à un point où il faudra aller au-delà de simples dégoulottages.

 

Quels moyens consacrez-vous à la R&D ?

J.-M. D. : Chez Adisseo, 40 % de nos projets de recherche sont menés en interne et 60 % avec l'aide de partenaires extérieurs. Cette ouverture vers l'extérieur nous permet de nourrir en continu notre portefeuille de projets et d'acquérir des compétences indispensables pour l'avenir. À l'instar de nos investissements industriels, nous avons augmenté nos investissements en recherche, en particulier sur nos propres laboratoires, qui emploient plus de 100 personnes et qui sont tous localisés en France : notre plus récent centre de recherches, Cinachem, dédié au développement de procédés, vient d'ouvrir à Saint-Fons sur le site de Solvay Recherche&Innovation Centre Lyon (R&ICL). Cinatech est installé dans une école d'ingénieurs à Lyon, Cinabio est hébergé par l'Insa de Toulouse. IDCaps est un centre de recherches basé à la Rochelle et qui appartenait à la société Innov'Ia que nous avons rachetée en 2011. Le site de Commentry abrite trois centres de recherches : le laboratoire Carat spécialisé en analyse, le laboratoire CFP spécialisé en chimie de formulation et la ferme expérimentale Cern.

 

À quel rythme lancez-vous des nouveaux produits ?

J.-M. D. : Depuis que nous sommes passés sous pavillon chinois, nous avons augmenté notre effort d'innovation de façon très substantielle et nous avons commencé à mettre sur le marché de nouveaux produits comme le sélénium Selisseo qui est un produit original et breveté. Désormais, notre ambition est de mettre sur le marché un nouveau produit chaque année.

 

Et que pensez-vous des nouveaux projets autour de la production de méthionine biosourcée ?

J.-M. D. : En tant que numéro deux mondial de la méthionine et au vu des variations de cours de matière première, c'est un sujet qui nous intéresse forcément et que nous regardons avec attention. Nous-mêmes, nous menons des programmes de recherches dans ce domaine. En revanche, est-ce que les technologies disponibles ou quasi-disponibles amènent aujourd'hui une compétitivité par rapport à la voie chimique ? De notre point de vue, on pouvait en douter avec un pétrole à 100 dollars le baril. C'est encore plus vrai avec un baril à 60 dollars.

 

En dehors de projets de croissance organique, avez-vous d'autres projets stratégiques pour le développement de votre activité ?

J.-M. D. : Adisseo propose uniquement des additifs et solutions nutritionnelles pour le secteur de l'alimentation animale. Aujourd'hui, nous regardons des opportunités de croissance dans notre secteur, mais aussi dans les secteurs de la santé animale et de l'alimentation humaine car il y a des zones de recouvrement et de synergies. Des fabricants d'aliments pour animaux commencent à développer des solutions pour remplacer les antibiotiques. De la même façon, les technologies utilisées en alimentation animale peuvent aussi avoir des débouchés en alimentation humaine. Comme dans le cas du sélénium. Cette stratégie de développement passera obligatoirement par de la croissance externe. En revanche, nous ne savons pas encore quelle forme elle prendra. Cela peut passer par des acquisitions de sociétés, des accords de licences, la création de joint-ventures... Peu importe la taille ou la géographie des projets, ce qui compte c'est d'abord la qualité des dossiers.

 

Quand pensez-vous concrétiser cette diversification ?

J.-M. D. : Nous avons déjà des dossiers à l'étude, et espérons la concrétisation d'un projet fin 2015 ou courant 2016.


Réagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de France Chimie

Effectuer une recherche

Article extrait d'Info Chimie Magazine

La seule publication professionnelle exclusivement consacrée à l'industrie chimique et à ses fournisseurs

 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous


A suivre dans l'actualité

Stratégie
Social
Pétrochimie
Gaz industriels

Sites du groupe

Usine Nouvelle Portail de l'industrie L'Echo Touristique Argus de l'Assurance

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 Publicité  Pour nous contacter  Mentions légales  RSS